Regards sur… Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu et la numismatique celtique

Alexis Bonnefoy

Ce billet reprend une communication donnée le 3 mai 2019 au séminaire HiBiSA (Historiographie et bibliographie des sciences de l’Antiquité) « Regards sur… »
(Organisation : L. Fauchier et E. Favier, Hisoma UMR 5189).

 

Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu

C’est peu de dire que l’œuvre de Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu a profondément renouvelé la numismatique celtique. Et pourtant, rien ne le prédestinait à cette discipline. Né à Paris en 1905, il obtient un doctorat en médecine de la faculté de Paris en 1930 avant de s’installer à Bruxelles où il dirige un laboratoire pharmaceutique. Néanmoins, il nourrit déjà un intérêt pour l’histoire. Lecteur assidu de la Bibliothèque royale de Belgique, il fréquente régulièrement le Cabinet des Médailles. C’est dans ce contexte qu’il se lie d’amitié avec Paul Naster, numismate, archéologue et historien belge. Ce dernier (1987, 1) explique que c’est en 1947 qu’a lieu la rencontre entre Colbert de Beaulieu et la numismatique celtique : lors d’un séjour à Rennes, des monnaies gauloises trouvées dans les environs lui sont présentées et suscitent immédiatement sa curiosité et son intérêt. Cette rencontre fortuite marque le début d’une nouvelle et très grande carrière. A plus de 40 ans, en 1949, Colbert de Beaulieu revient à Paris et reprend des études d’histoire à l’EPHE, qui aboutissent à un doctorat ès-lettres vingt ans plus tard. Parallèlement, il entre au CNRS dès 1951 et y devient directeur de recherche en 1971. Dès 1948, il commence aussi une frénétique activité de publication. Jusqu’en 1983, il publie un total de plus de 300 articles (Guihard 2016a, 26), auxquels il faut ajouter des monographies dont le Traité de numismatique celtique paru en 1973, son opus magnum.
Lorsque Colbert de Beaulieu entreprend sa nouvelle carrière de numismate, cela fait 40 ans qu’a été écrite la plus grande synthèse sur les monnaies par Adrien Blanchet (1905). Il s’agit d’une historiographie en partie datée, qui suscite peu l’intérêt. Deux ou trois grandes problématiques occupent alors la recherche : la chronologie, l’attribution des monnayages aux peuples gaulois et la recherche dans l’iconographie et l’épigraphie des traces de l’histoire gauloise. Face à cela, Colbert de Beaulieu se pose d’emblée comme novateur : il souhaite révolutionner la numismatique celtique.

 

I. Avant Colbert de Beaulieu : une « numismatique en chambre ? »

A. La naissance de la numismatique celtique

La naissance de la numismatique celtique est indissociable de la naissance de la numismatique antique.

L’intérêt pour les monnaies anciennes trouve son origine à la Renaissance. Dans la redécouverte de l’Antiquité qui la caractérise, les monnaies apparaissent comme des sources importantes. A ce titre, elles figurent en bonne place dans les cabinets de curiosités qui fleurissent à partir du XVIe siècle. Comme les autres objets possédés par les amateurs et les érudits, elles possèdent aussi bien une valeur historique qu’une valeur de prestige. Ce goût pour la collection s’accompagne des premiers traités numismatiques. L’un des plus anciens est le De Asse et partibus ejus de Guillaume Budé, publié en 1514. Il s’agit d’une étude de l’économie de l’Antiquité, surtout dans le monde romain. L’intérêt pour la numismatique gagne rapidement les plus hautes sphères du pouvoir et de la société. En 1661, la création du Cabinet des Médailles sur l’ordre de Louis XIV consacre cette nouvelle discipline.
Mais dans ce contexte, le monnayage gaulois est relativement ignoré. La collection du magistrat Paul Petau, publiée en 1610, possède quelques monnaies celtiques. En 1666, Claude Bouteroue est le premier à produire un écrit qui traite, entre autre, des monnaies gauloises, mais il s’agit d’une suite de séries monétaires sans logique. Le premier travail d’envergure est celui de Bernard de Montfaucon, moine bénédictin, en 1719. Dans L’Antiquité expliquée et représentée en figures, il consacre un chapitre aux monnaies gauloises. Cet ouvrage peut être considéré comme le premier traité de numismatique celtique. Néanmoins, le critère stylistique imprègne l’approche de Montfaucon qui fonde son histoire monétaire de la Gaule sur l’apparence esthétique des monnaies. En dépit de cette grille d’analyse empreinte de préjugés, Montfaucon se pose comme un précurseur par sa volonté de classement.
Ce manque d’intérêt relatif pour les monnaies gauloises et surtout ces jugements de valeurs qui parasitent leur étude disparaissent avec la Révolution française et la transformation de l’identité nationale qu’elle suscite.

B. Les développements au XIXe siècle

Pendant la Révolution française, le passé gaulois resurgit. L’origine gauloise de la France et en particulier du Tiers-Etat est appuyée par les Révolutionnaires, l’Abbé Sieyès en tête, et entend s’opposer aux racines franques de la noblesse (Brunaux 2014). Ce changement de paradigme provoque au XIXe siècle une véritable « celtomanie ». Les grands historiens du XIXe siècle, comme François Guizot, Jules Michelet ou encore Amédée Thierry, auteur d’une histoire des Gaulois en 1828, confère au passé gaulois une place plus importante dans l’historie nationale. A ce développement de la protohistoire européenne, s’ajoute celui de l’archéologie nationale et en particulier gauloise. Les nombreuses fouilles profitent très largement à la numismatique celtique en multipliant la découverte d’exemplaires monétaires.

Les monnaies gauloises intègrent alors systématiquement les médaillers des collectionneurs et certaines collections deviennent très riches comme celle de Félicien de Saulcy, qui constitue aujourd’hui une grande partie des monnaies du Cabinet des médailles de la BNF. Mais le but n’est plus seulement de collectionner mais aussi d’étudier les monnaies. Des études apparaissent sur différents sujets comme la chronologie, l’épigraphie monétaire ou encore l’iconographie. On note aussi au XIXe siècle l’apparition des premières revues comme la Revue numismatique française fondée en 1835 par Louis de la Saussaye (aujourd’hui Revue numismatique). A la fin du siècle sont élaborés deux catalogues majeurs qui servent encore aujourd’hui de références. En 1889, Ernest Muret et Anatole Chabouillet publient le Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque Nationale. 10 413 exemplaires y sont répertoriés et classés par peuple. Chaque notice présente le poids, le métal, le contexte d’acquisition et la provenance. En 1892, Henri de La Tour publie quant à lui l’Atlas des monnaies gauloises qui est un recueil de gravures, dessinées par Léon Dardel. Le XIXe siècle voit ainsi la constitution de la numismatique celtique comme véritable discipline scientifique et historique.
Le début du XXe siècle ne marque pas véritablement un tournant. Il faut cependant présenter le travail d’Adrien Blanchet car il occupe une place importante dans la pensée de Colbert de Beaulieu.

C. Adrien Blanchet

Dans son Traité des monnaies gauloises (1905), Adrien Blanchet souhaite synthétiser l’abondante bibliographie produite au XIXe siècle. Pour cela, il mène un important travail de documentation mais ne revient pas aux monnaies elles-mêmes : il utilise les catalogues précédemment cités. Cela le conduit à commettre plusieurs erreurs. C’est cette absence de retour à l’objet qui fait dire à Colbert de Beaulieu que Blanchet faisait de la « numismatique en chambre » (lettre de 1958, citée dans Guihard 2016b). Malgré tout, l’apport de Blanchet est fondamental : il rejette l’importance du critère stylistique cher au XIXe siècle et emprunt de jugements de valeur, il revoit la chronologie et surtout il aborde les monnaies gauloises dans leur globalité en s’intéressant à la fabrication, à leur origine, à l’alliage, à la typologie ou encore à l’iconographie. Blanchet pose les bases d’une méthode, synthétise les travaux du XIXe siècle et se livre à une étude exhaustive du fait monétaire. Son ouvrage apparaît ainsi comme le premier traité général de numismatique celtique.
Blanchet joue également un rôle important dans la formation de Colbert de Beaulieu (Guihard 2016a). Ils entretiennent notamment une correspondance épistolaire. Blanchet soutient son entrée au CNRS. Mais le conservatisme de Blanchet ne plaît pas à Colbert de Beaulieu et assez vite, la rupture devient inévitable. Elle semble aussi bien tenir à la personnalité des deux hommes qu’à des conceptions différentes de l’avenir de la discipline. Vingt ans après, dans le Traité de numismatique celtique, Colbert de Beaulieu pose encore un regard très critique sur son prédécesseur. Aujourd’hui, ces critiques sont bien souvent considérées comme exagérées et peu fondées.

La numismatique celtique est donc une discipline qui s’est construite sur le long terme, d’abord dans le cadre de la collection avant d’acquérir une dimension scientifique au XIXe siècle. En 1905, Blanchet propose une synthèse fondamentale mais dans la première moitié du XXe siècle, aucune nouvelle étude importante n’est publiée. C’est dans ce contexte que surgit Colbert de Beaulieu à la fin des années 40.

 

II. Les apports de Colbert de Beaulieu et son Traité de numismatique celtique (1973)

Couverture du Traité de numismatique celtique

Face à une bibliographie très vaste, le choix a été fait de présenter les apports les plus significatifs de Colbert de Beaulieu, notamment en termes de méthode. Une attention particulière est portée sur son opus magnum, le Traité de numismatique celtique paru en 1973.

Couverture du Traité de numismatique celtique

 

A. La charactéroscopie

La « charactéroscopie » est un néologisme de Colbert de Beaulieu. L’auteur en donne la définition suivante : « Méthode consistant principalement à rechercher les marques, distinctives de chaque coin monétaire, présentées par les pièces qui en sont venues, afin de reconnaître ces marques et de grouper ces pièces pour leur étude » (1973, 40) ou encore « Recherche du coin en ses caractères distinctifs et sa reconnaissance sur la pièce de monnaie elle-même, directement issue des coins » (Ibid, 41). L’objectif est donc de réunir les pièces qui ont été frappées par le même coin précisément au droit et/ou au revers.
Pour cela Colbert de Beaulieu élabore une méthodologie très stricte qu’il présente dans son Traité mais qu’il a développée très tôt, dès ses premières études de numismatiques celtiques à la fin des années 40. Il détaille d’abord avec une certaine acribie l’ensemble des moyens que peut utiliser un numismate pour connaître une monnaie (objet lui-même, moulage, photo, frottis, dessin, etc.) et le « matériel d’examen » (lampe orientable, compas, réglette millimétrique, etc.). Puis il présente un protocole permettant de classer les pièces par charactéroscopie. Dans un premier temps, il faut réunir ensemble les pièces qui ont le même type de droit ou de revers. Le classement se précise ensuite avec l’observation des empreintes secondaires que sont par exemple les empreintes accidentelles (liées à l’usure des coins) ou les atypies, c’est-à-dire les erreurs de gravures (point, stries, dépressions, élévations, etc.). On obtient ainsi des monnaies classées dans un nomenclature très précise (mais pas toujours très claire) composées de séries, de classes et de groupes charactéroscopiques.
En important le principe de charactéroscopie dans la numismatique celtique – car cette technique était déjà utilisée dans la numismatique grecque (De Callataÿ 2016) -, Colbert de Beaulieu poursuit deux objectifs. Tout d’abord, il rejette le postulat de « l’indéfinie disparité des espèces gauloises » (1973, 14), c’est-à-dire l’idée, qui imprègne selon lui tous les travaux précédents, que les monnaies gauloises sont trop rares et trop différentes les unes des autres pour conduire une analyse d’ensemble . Il souhaite montrer qu’en réalité, il est possible de trouver des monnaies frappées par le même coin et donc d’opérer un classement précis. Son deuxième objectif est la mise en place d’une méthodologie très rigoureuse. En effet, il craint plus que tout les « décisions à l’estime » (1973, 62), c’est-à-dire les erreurs dues à la subjectivité.
La méthode proposée par Colbert de Beaulieu tranche ainsi avec la tendance à la compilation caractéristique du XIXe et du début du XXe siècles. Son travail s’inscrit aussi dans une démarche structurale : il veut replacer la monnaie dans son contexte, dans des « ensembles » pour en tirer des observations générales.

B. Une approche structurale

Colbert de Beaulieu élabore son Traité dans les années 70. Le structuralisme est alors en vogue dans les sciences humaines et il s’en réclame lui aussi, notamment dans un chapitre intitulé « numismatique structurale » ou lorsqu’il écrit « De l’inorganisé, nous avons cheminé jusqu’à la structure » (1973, 168). Il y a chez Colbert de Beaulieu une volonté de dépasser l’individu, la monnaie, pour ne raisonner que sur des ensembles et comprendre leur organisation logique. On l’a dit aussi, Colbert de Beaulieu souhaite abandonner la subjectivité inhérente jusque-là à la numismatique gauloise au profit d’une analyse rigoureuse permettant des conclusions irréfutables. Ainsi, la méthode charactéroscopique que nous avons décrite n’est qu’un préalable à des études d’ensemble. En ce sens, quatre problématiques principales occupent Colbert de Beaulieu : la chronologie, l’attribution géographique, les faciès et les monnayages.
La chronologie relative a très tôt intéressé les numismates, mais elle reposait sur des critères flous et subjectifs. Colbert de Beaulieu propose une nouvelle approche, fondée sur trois éléments (1973, 107-177) : la métrologie (en particulier la richesse de la monnaie en métal précieux), l’indice charactéroscopique (quotient du nombre de pièces par le nombre de coins) et la charactéroscopie.
La géographie et les attributions sont aussi une problématique ancienne, mais Colbert de Beaulieu critique la méthode qui consistait à cartographier toutes les découvertes, même isolées. Il préfère se concentrer sur les trésors ou les ensembles qui proviennent d’un même atelier (identifié selon la charactéroscopie) car pour lui, ces ensembles n’ont pas pu voyager très loin, contrairement aux monnaies perdues. Il produit ainsi des cartes de répartition qui lui permettent d’attribuer plus ou moins avec certitude un monnayage donné à un peuple (1973, 117-154).
Le faciès désigne l’ensemble des éléments caractéristiques d’un dépôt (types monétaires, provenance, chronologie…). Un trésor trouvé dans un contexte daté permet d’en dater d’autres de la même époque s’ils ont le même faciès, ou de les situer chronologiquement avant ou après (1973, 154-169). Par exemple, les fouilles de Napoléon III à Alésia ont révélé dans les fossés un ensemble monétaire dont aucune monnaie n’est postérieure à 52 av. J.-C. Cela sert d’argument à l’identification du site d’Alise-Saint-Reine comme Alésia. Mais les détracteurs avancent que l’ensemble a été construit de toutes pièces par les fouilleurs, qu’il n’est pas réel. Colbert de Beaulieu compare le faciès des monnaies découvertes dans les fossés d’Alésia à celui d’un trésor découvert en 1919 dans l’Isère et daté de la même époque : ils ont le même faciès. C’est la preuve que l’ensemble d’Alésia n’a pas été construit (1973, 167-169).
Ainsi, on saisit cette volonté de la part de Colbert de Beaulieu de dépasser l’approche individuelle des monnaies au profit d’une approche plus structurale, fondée sur l’analyse des ensembles monétaires. Mais Colbert de Beaulieu souhaite aussi aller plus loin que ses prédécesseurs pour faire de la numismatique un véritable outil au service de l’histoire.

C. La numismatique, un outil au service de l’histoire

Une bonne moitié du Traité de numismatique celtique est consacré aux « monnayages ». Un monnayage est l’ensemble des séries émises par un peuple. Colbert de Beaulieu est l’un des premiers à proposer une véritable histoire monétaire de la Gaule. Certes Blanchet avait lui aussi étudié chaque peuple gaulois et les monnaies qui lui étaient attribuées. Mais les méthodes ne sont pas les mêmes. Blanchet mobilisait pour chaque peuple les quelques types connus, discutant l’iconographie, avec parfois quelques liens avec l’histoire. Colbert de Beaulieu, quant à lui, envisage le problème dans sa globalité : à l’échelle de la Gaule ou de régions, il met en relation les monnayages et les analyses à l’aide de sa méthode rigoureuse.
Colbert de Beaulieu propose ainsi un modèle chronologique de la monétarisation en Gaule, avec quatre grandes phases (1973, 170-198). Aujourd’hui, certains aspects de cette chronologie sont remis en question mais à l’époque, il s’agit du travail le plus précis, le plus rigoureux et le plus généralisant.
L’analyse structurale des monnayages a permis aussi à Colbert de Beaulieu d’effectuer une observation reconnue comme fondamentale aujourd’hui par les historiens. En effet, c’est lui qui est à l’origine de notre connaissance de la « zone du denier » (1973, 271-278). Colbert de Beaulieu remarque qu’au milieu du IIe siècle avant J.-C., les Eduens, les Séquanes et les Lingons s’entendent pour produire des monnaies d’argent semblables du point de vue métrologique et iconographique, dans le but de faciliter les transactions. Ces monnaies sont aussi alignées sur le quinaire romain (poids, aloi), preuve d’une relation privilégiée avec Rome.

Denier éduen, Ier s. av. J.-C.

 

 

 

Denier éduen, Ier s. av. J.-C.

Un autre apport, parmi d’autres, des analyses numismatiques de Colbert de Beaulieu pour l’histoire concerne les monnaies de Vercingétorix. Il remarque que les bronzes de Vercingétorix découverts exclusivement à Alésia ont été frappés avec le même coin de revers que les statères d’or, phénomène unique en numismatique celtique (Colbert de Beaulieu, Lefèvre 1963). Colbert de Beaulieu y voit une preuve de la situation de crise pendant le siège d’Alésia et donc un argument supplémentaire dans la localisation d’Alésia à Alise.

Ainsi, la méthode structurale de Colbert de Beaulieu a permis de faire de la numismatique celtique un vrai outil pour la connaissance de l’histoire gauloise. Plus largement, son travail a très largement renouvelé la numismatique celtique telle qu’elle était pratiquée au XIXe et dans la première moitié du XXe siècle. Il a élaboré une méthodologie rigoureuse et surtout une grille d’analyse structurale qui permet de dépasser l’étude individuelle des monnaies au profit d’une approche d’ensemble du fait monétaire, à même de servir notre connaissance de l’histoire.
Mais aujourd’hui, que reste-t-il de ce travail ? Comment est-il reçu par les chercheurs ? Quelles corrections ou confirmations ont-ils apportées ?

 

III. Colbert de Beaulieu aujourd’hui

Comme tout travail fondamental, celui de Colbert de Beaulieu a autant renouvelé qu’il a figé la recherche. Aujourd’hui, certains aspects de son travail sont abandonnés, voire critiqués.

A. Un « monument »

L’œuvre de Colbert de Beaulieu apparait à bien des égards comme un monument qui marque, encore aujourd’hui, le paysage de la recherche. Mais comme tout monument, il a été difficile, pendant longtemps, d’y toucher.
Tout d’abord, l’influence de Colbert de Beaulieu a été importante par la formation de quelques disciples qui sont aujourd’hui des numismates de renom et qui ont porté son héritage, non sans regard critique. Parmi eux, on peut citer Brigitte Fischer (qui lui a succédé à l’ENS de Paris), Simone Scheers, Louis-Pol Delestrée ou encore Katherine Gruel (Guihard 2016a, 28).
L’apport majeur de Colbert de Beaulieu a été de bousculer la discipline et de rompre, même si cela a été fait parfois de façon un peu dur, avec ses prédécesseurs. La rupture principale a été de travailler à partir des monnaies, de l’objet. Colbert de Beaulieu consulte les monnaies, se tient informé des découvertes grâce à un réseau épistolaire, dont il faut souligner l’étude par P.-M Guihard (Guihard 2016b).
Ce qui a le plus influencé la recherche est l’ambition scientifique du Traité et plus largement de toute l’œuvre de Colbert de Beaulieu. Aujourd’hui, la chronologie, les classements géographiques et les études de faciès font partie de toute étude numismatique. Depuis les années 70 et 80, toutes ces problématiques ont été développées et aujourd’hui, les grandes orientations de la recherche en numismatique celtique sont directement liée à l’œuvre de Colbert de Beaulieu (Nieto-Pelletier 2016, 246-247) : la numismatique est intégrée à son contexte large avec la recherche d’une compréhension globale du fait monétaire gaulois ; la chronologie des émissions a été très renouvelée, avec une attention portée au contexte archéologique ; l’approche archéométrique, déjà présente dans l’œuvre de Colbert de Beaulieu, connu un fort développement depuis ; les humanités numériques et les nouveaux outils d’analyses à travers la numérisation des fonds monétaires et des bases de données.
L’apport de Colbert de Beaulieu à la discipline a donc été majeur et continue à influencer les travaux actuels. Cependant, son œuvre n’est pas sans défaut. Si elle a renouvelé la discipline, elle l’a aussi enfermée dans certains modèles erronés et remis en question tardivement.

B. Un travail de terrain ?

Colbert de Beaulieu écrit qu’Adrien Blanchet faisait de la « numismatique en chambre, sans se donner la peine de consulter les pièces ». Au contraire, lui revendique un travail de terrain et un retour à l’objet. Certes, cela a été le cas. Cependant, il est difficile d’affirmer qu’il a produit un travail de terrain. En effet, il n’accordait que peu d’attention à l’archéologie et aux résultats des fouilles. J.-M. Doyen a récemment pointé ce défaut (Doyen 2016). Dans le Traité de numismatique celtique on relève cette affirmation de son auteur : « [La monnaie] n’est pas un mobilier comparable à la céramique ou à l’instrumentum. » Colbert de Beaulieu semble briser tout lien entre la monnaie et son contexte archéologique, ce qui constitue une grave erreur. Cela se confirme dans le Traité de manière générale : J.-M. Doyen a relevé toutes les références à l’archéologie et le verdict est sans appel : l’archéologie est très peu présente dans le Traité et lorsqu’elle l’est, elle n’apporte pas grand chose. Par exemple, Colbert de Beaulieu ne fait presque jamais référence au contexte ou aux associations de mobilier qui permettraient de dater les monnaies.
On touche là à un travers important du travail de Colbert de Beaulieu : le recours à une certaine forme de dogmatisme. Un exemple en particulier est souvent évoqué : la datation des potins. Anciennement, au XVIIIe et XIXe siècles, ils étaient considérés comme les premières émissions car fort peu esthétiques en raison d’une mauvaise maîtrise de la fabrication. Colbert de Beaulieu les place au contraire à la toute fin du monnayage gaulois indépendant en raison de leur caractère fiduciaire. Il se fonde aussi sur la découverte de potins en contextes de sanctuaires d’époque romaine. En revanche, il conteste ou ignore toute découverte dans un contexte plus ancien. Or aujourd’hui, les preuves archéologiques montrent que les potins sont frappés dès La Tène C1 (Gruel 2016). Cet exemple des potins est extrême dans le sens où il s’agit la chronologie qui a été la plus revue par rapport aux propositions de Colbert de Beaulieu. Cependant, elle est assez révélatrice des assertions péremptoires qu’il porte sur certains sujets et surtout la non prise en compte, parfois en toute conscience, des contextes archéologiques. La recherche actuelle s’impose en totale contradiction, avec une attention importante portée à l’archéologie pour préciser les datations.
Outre l’absence d’attention portée au contexte archéologique, un autre modèle colbertien a longtemps conduit la numismatique celtique dans une impasse. Elle concerne la question des hégémonies monétaires et le rapport à l’histoire.

C. Une révolution, mais à quel prix ?

On l’a abondamment expliqué, le travail de Colbert de Beaulieu représente une révolution. A bien des égards, il a proposé des innovations fondamentales. Cependant, il faut se demander à quel prix, car derrière des propositions originales se cachent aussi parfois des approximations, des erreurs et des contre-sens lourds de conséquence. A titre d’exemple, on peut présenter la thèse de l’hégémonie monétaire arverne, qui résume bien les tensions qui parcourent la réception de l’œuvre de Colbert de Beaulieu aujourd’hui.
Pour élaborer cette théorie, Colbert de Beaulieu, qui accore une certaine primauté aux sources littéraires, se fonde sur la monumentale Histoire de la Gaule de Camille Jullian, parue pour la 1ère édition dans les années 1900 et 1910. Certes, il s’agit d’une somme colossale et fondatrice, mais à l’époque de Colbert de Beaulieu, ce travail est déjà daté. Jullian avait élaboré l’hypothèse d’un « empire arverne » sur une bonne partie de la Gaule au IIe siècle av. J.-C., s’appuyant pour cela sur un passage de Tite-Live (XXI, 26) et un autre de Strabon (Géographie, IV, 2, 3). Colbert de Beaulieu reprend, sans l’interroger, cette hypothèse et la transpose dans la numismatique. Il fait de cette suzeraineté politique un processus économique. Il avance l’idée d’un pouvoir monétaire central chez les Arvernes, sur une partie de la Gaule, fondé sur les statères d’or. Les Arvernes auraient eu le monopole des émissions d’or jusqu’en 121, date à laquelle ils sont défaits par Rome (1973, 176-173).
En réalité, la théorie apparaît d’emblée assez fragile et assez vite Colbert de Beaulieu doit concéder qu’elle n’est peut-être pas si évidente. Malgré tout, ces hypothèses ont une influence considérable sur la recherche. Ces théories sont à l’origine d’un certain nombre d’erreurs, durables, comme celles sur les statères d’or des Allobroges, théoriquement sous domination arverne, qui ne peuvent donc frapper monnaie d’or avant 121. Cette chronologie et cette idée même d’hégémonie monétaire n’ont été remises en question que très récemment (Brunaux 2016 ; Delestrée 2016).
Colbert de Beaulieu a donc essayé d’opérer un pont entre l’histoire et la numismatique. Certaines théories ont tout à fait fonctionné comme la zone du denier, en revanche d’autres hypothèses ont figé la recherche dans des modèles erronés. C’est le cas des hégémonies, en particulier l’hégémonie arverne.

Ainsi, la recherche tend aujourd’hui à dresser un « bilan dépassionné du monument Colbert de Beaulieu » pour reprendre P.-M. Guihard (2016a, 29). Bien sûr, il a renouvelé la discipline du point de vue de la méthode et a orienté l’attention des numismates sur des problématiques jusque là délaissées. Plus largement, il a conféré à la numismatique celtique de nouvelles ambitions, poursuivies par toute une génération après lui. Cependant, cela s’est parfois fait au prix d’un certain dogmatisme et de modèles trop rigides, voire erronés.

Conclusion

L’apport historiographique de Colbert de Beaulieu peut se résumer avant tout à une rupture avec l’historiographie ancienne. Il a profondément renouvelé la discipline, grâce à la constitution d’une méthode rigoureuse, qui marque encore aujourd’hui les études. Il a servi de passeur entre la numismatique gréco-romaine et la numismatique celtique, important des méthodes que pendant longtemps les spécialistes pensaient inapplicables à la numismatique gauloise. Ses travaux ont marqué toute une génération de numismates, au risque parfois d’enfermer la recherche dans des modèles figés. Mais ces disciples, et après eux la nouvelle génération, ont su porter un regard critique sur son œuvre. En ce sens, les disciples de Colbert de Beaulieu ont bien suivi l’injonction qu’il a lui-même écrite : « le souci d’honorer nos devanciers et leurs travaux ne doit pas, conseillait Pascal, nous « faire crime de les contredire et un attentat d’y ajouter » » (1973, 17).

 

Bibliographie 

Blanchet 1905 : Blanchet J.-A., Traité des monnaies gauloises, Paris, 1905.
Brunaux 2014 : Brunaux J.-L., Les Celtes. Histoire d’un mythe, Paris, 2014.
Brunaux 2016 : Brunaux J.-L., « Pour une histoire politique de la Gaule. Colbert de Beaulieu et la question des hégémonies », in Guihard, Van Heesch J. (dir.) 2016, 85-98.
Callataÿ 2016 : De Callataÿ F., « Importations et innovations méthodologiques dans l’œuvre de Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu, ou Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu, la Belgique et les concepts nomades : charactéroscopie et homotypie de contiguïté », in Guihard, Van Heesch J. (dir.) 2016, 22-34.
Colbert de Beaulieu 1973 : Colbert de Beaulieu J.-B., Traité de numismatique celtique. I, Méthodologie des ensembles, Paris, 1973.
Colbert de Beaulieu, Lefèvre 1963 : Colbert de Beaulieu J.-B., Lefèvre G., « Les monnaies de Vercingétorix », Gallia, 21, 1963, 11-75.
Delestrée 2016 : Delestrée L.-P., « Colbert de Beaulieu et sa théorie des hégémonies monétaires », in Guihard, Van Heesch (dir.) 2016, 57-84.
Doyen 2016 : Doyen J.-M., « Colbert de Beaulieu et la chronologie : une approche lexicographique », in Guihard, Van Heesch (dir.) 2016, 53-66.
Gruel 2016 : Gruel K., « L’impact des progrès des datations des contextes archéologiques sur les chronologies monétaires de l’Âge du Fer », in Guihard, Van Heesch (dir.) 2016, 99-112.
Guihard 2016a : Guihard P.-M., « Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu (1905-1995). De l’inorganisé jusqu’à la structure. », Compte rendus de l’International Numismatic Council, 63, 2016, 24-31.
Guihard 2016b : Guihard P.-M., « Le traité de numismatique celtique dans la correspondance de J.-B. Colbert de Beaulieu conservée au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Intertextualité entre les lettres et l’œuvre », in Guihard, Van Heesch J. (dir.) 2016, 5-22.
Guihard, Van Heesch 2016 : Guihard P.-M., Van Heesch J. (dir.), « Que reste-t-il du Traité de Numismatique celtique ? Relire l’œuvre de Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu (1905-1995), vingt ans après », Revue Belge de Numismatique, CLXII, 2016.
Naster 1987 : Naster P. « Eloges liminaires», in Bémont C. (dir.), Mélanges offerts au docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, Paris, 1987.
Nieto-Pelletier 2016 : Nieto-Pelletier S., « Que reste-t-il du Traité numismatique ? Conclusions », in Guihard, Van Heesch (dir.) 2016, 241-250.



Citer ce billet
Alexis Bonnefoy (2019, 14 septembre). Regards sur… Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu et la numismatique celtique. Le Fil d'ArAr. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsx1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.