L’instrumentum de l’agglomération secondaire de Vendeuil-Caply (Oise)

Alyssa Giraudo

Mémoire de master 2 (Archéologie et Humanités Numériques) sous la direction de M. Feugère, M. Poux et S. Loudcher, soutenu en septembre 2018. 

Le site de Vendeuil-Caply se situe dans l’actuel département de l’Oise (60) et s’implante dans le val Saint-Denis compris entre les collines du Catelet au nord-est, le Calmont au sud-ouest et le Froid-Mont à l’est. Avec une orientation est-ouest, la première occupation de la vallée remonte à la fin du règne d’Auguste, avec une période de forte construction au Ier s. apr. J.-C. Dans la deuxième moitié du IIe s. apr. J.-C. (v. 170) un incendie ravage la cité (Giraudo 2018, 7).

Plusieurs questions se sont posées tout au long de ce travail, la principale portant sur la caractérisation possible (ou non) du secteur fouillé entre 2013 et 2017 à travers les différents assemblages de mobiliers. L’idée était d’essayer de définir, à l’aide d’analyses multivariées (quantitative, qualitative et spatiale), le faciès de la zone étudiée, en essayant de mettre en évidence la présence ou non d’espaces spécialisés. D’autres aspects ont également été interrogés, comme la signification de la présence et/ou absence de certaines catégories fonctionnelles et l’évolution chronologique de l’occupation des différents secteurs à travers l’analyse des assemblages. 

Avec l’accroissement exponentiel des données, de nouveaux questionnements scientifiques ont émergé, pour lesquels les digital humanities offrent une puissance de calcul et une capacité de stockage très importante. Mais ce développement des outils numériques en archéologie nécessite une structuration plus forte des données : un protocole d’interopérabilité a donc été mis en place, afin d’interroger les différentes bases de données, et de permettre le dialogue. C’est le rôle des ontologies que de proposer une structuration globale par grand domaine afin de faire communiquer des corpus hétérogènes. Ainsi, d’un point de vue méthodologique, l’accent a été mis sur la création d’une base de données. Malheureusement, il n’a pas été possible de la réaliser sous Access par manque de temps. Le corpus étant plutôt conséquent, la systématisation de la phase d’inventaire a donc été une étape importante, en préalable à l’étude elle-même : l’instrumentum dans son acception la plus large a été traité afin d’avoir une vision globale du site et des assemblages de mobilier. Le classement choisi était celui proposé dans les Nouvelles de l’archéologie (Briand et al. 2013, 14-19), afin de s’inscrire dans les études régionales. Pour ce qui concerne les méthodes de quantification, les notions utilisées sont également celles présentées  dans la revue précédemment citée, le but étant d’observer et de quantifier l’évolution des assemblages au sein du corpus, mais également par rapport à d’autres sites, à travers une normalisation et homogénéisation des données. 

Pour compléter cette analyse quantitative, il était nécessaire de considérer la symbolique extrinsèque et intrinsèque de l’objet et non plus seulement son poids statistique. L’examen qualitatif s’était donc intéressé au matériau et au niveau de technicité de fabrication, mais également à sa répartition géographique et chronologique ; en somme, à toutes les données qui pouvaient nous renseigner sur les sociétés passées. Cette étude spatiale avait pour but de replacer l’objet dans son contexte et de le porter sur plusieurs échelles. 

Corpus étudié 
Le corpus étudié comprend donc les objets des années de fouille de 2013 à 2017, soit 5884 NR pour 2263 NMI, ou 2824 NR pour 814 NMI hors quincaillerie (Giraudo 2018, 39-85). 72% des objets sont réalisés en alliage cuivreux, 15% en os travaillé et 7% en plomb : les objets restants se partagent principalement entre la pâte de verre, la pierre, la terre cuite et le fer (fig. 1).  

Fig. 1 – Répartition des différents matériaux à l’échelle du site (NR).

Le lot de mobilier était relativement mal conservé. L’indice de fragmentation, corrélé au taux de fragmentation, donnait à voir un ensemble assez morcelé. Moins de 40% des objets ont pu être identifiés. La nature des contextes pourrait expliquer en partie ce constat : deux états d’incendie ont été mis en évidence, ce qui expliquerait le nombre important de coulures provenant d’objets fondus. Si nous excluons ces coulures du total général afin d’obtenir une vision moins biaisée de la fragmentation de l’ensemble, le taux de fragmentation ne change pas beaucoup (39,5%). Notons tout de même que, sans les coulures, le taux de détermination est de 50% contre 37%. En résumé, nous faisions face à un corpus conséquent dont l’état de conservation était plutôt moyen, voire passable, et ce même lorsque les données étaient nettoyées (fig. 2). 

Fig. 2 – Tableau reprenant les différents éléments permettant d’établir la qualité de conservation du corpus.

L’état sanitaire du corpus était, dans son ensemble, moyen. Hormis quelques objets restaurés, les artefacts métalliques étaient détériorés : surface pulvérulente, feuilletage et corrosion active. Cet état général influençant l’identification des objets, le taux de détermination des différents métaux étaient les suivants (hors coulures) : 35,2% pour l’alliage cuivreux, 82,6% pour le fer et 54,5% pour le plomb. Les artefacts en matière dure animale (os travaillé, bois de cerf et ivoire) étaient, quant à eux, dans un bon état de conservation. La fragilité relative de l’os induit une fragmentation de 60% ; taux non corrélatif à celui de détermination qui, lui, était très élevé (plus de 86%). Quant aux autres matériaux, leur état de conservation était bon ainsi que les taux de détermination. 

Une fois chacune des catégories étudiées, un bilan secteur par secteur a été proposé, ce qui a permis de mettre en évidence certaines tendances. Ainsi, le secteur 1 se composait de 45% d’objets issus de la catégorie de l’ameublement et de 25% de parure et vêtement (Giraudo 2018, 86-87). Ce secteur n’était pas occupé lors de la première phase, mais à partir de la seconde période. Lors des deux phases suivantes, l’ameublement tient une place prépondérante avec la parure et le vêtement. C’est donc la phase 4 qui est la plus importante et la plus diversifiée, où l’artisanat et le commerce font leur apparition avant de diminuer à partir de la phase 5, et de disparaître à la fin de la phase 6. Enfin, la phase 7 est très peu représentée dans le secteur. Cet espace semble donc occupé durant les phases 3 et 4, soit entre 40 et 170/180. Néanmoins, lorsque nous lissons la chronologie en pondérant les datations, nous remarquons en réalité que ces phases correspondent à une légère baisse de l’occupation certainement due aux deux incendies qui ont eu lieu dans les années 70/80 et 170/180, et qui pourrait signifier un abandon de la zone pour un autre espace (fig. 3). 

Fig. 3 – Courbe pondérée représentant l’occupation chronologique du secteur 1 (DAO : A. Giraudo) .

Le faciès du secteur 2 n’est pas très différent du précédent, dans la mesure où les catégories majoritairement représentées sont la parure, vêtement (36%) et l’ameublement (27%), et l’occupation principalement centrée sur la phase 4. De même que pour le secteur 1, les phases 1, 2 et 7 ne sont pas représentées, ou très peu. Ainsi, l’occupation du secteur commence au début du Ier s. apr. J.-C., et se termine vers le milieu du IIIe s. apr. J.-C. La phase 4 connaît la même évolution que dans le premier secteur : principalement domestique, mais quelques activités commerciales et artisanales apparaissent et perdurent jusqu’à la fin de l’occupation —  toujours dans une moindre mesure comparée à l’ameublement et à la parure. Cette fois-ci, contrairement au secteur 1, le secteur 2 est réellement occupé à partir de 70/80 jusqu’au IIIe s. apr. J.-C., dont une forte occupation lors de la phase 4 (fig. 4). Il est intéressant de noter que lorsque l’occupation de la zone 1 diminue, celle du secteur 2 augmente nettement, alors qu’un épisode d’incendie vient de se produire. Il est alors tentant de supposer un transfert de l’occupation de l’espace concerné par le secteur 1 vers le secteur 2, ou du moins une reconstruction différentielle concentrée sur les trois autres zones (Giraudo 2018, 88-90). 

Fig. 4 – Courbe pondérée représentant l’occupation chronologique du secteur 2 (DAO : A. Giraudo).

Sur la zone 3 également, l’ameublement et les objets de parure / vêtement sont les catégories les plus représentées (38% et 23%), suivies des objets divers, polyvalents et du commerce. Par rapport aux autres secteurs, c’est celui qui a livré le moins d’artefacts. Toutefois, une grande partie du mobilier provient de contextes d’occupation et de la démolition due à l’incendie (Giraudo 2018, 90-92). La zone est occupée à partir de la fin de la phase 2, jusqu’au début de la phase 7, mais comme pour le secteur 2, une augmentation de l’occupation est visible à partir de l’incendie de 70/80. Elle se maintient régulièrement durant toute la phase 4 et ce, jusqu’au deuxième incendie de 170/180 après lequel elle sera réduite de plus de la moitié durant la phase 5, avant d’augmenter une dernière fois lors de la dernière occupation du secteur (fig. 5). 

Fig. 5 – Courbe pondérée représentant l’occupation chronologique du secteur 3 (DAO : A. Giraudo).

Sur le dernier secteur, 62% des objets mis au jour appartiennent à la catégorie de l’ameublement, 13% à la parure, vêtement et 4% au commerce et à l’artisanat. La phase 1 et 2 sont presque absentes, le début de l’occupation commence donc à la phase 3 et se poursuit jusqu’à la phase 6, avec une concentration sur les états 3 et 4 : contrairement aux autres secteurs, la parure est beaucoup moins présente, même si elle reste la catégorie la plus représentée ici après l’ameublement. L’artisanat et le commerce n’interviennent que pour les phases 3 et 4 (Giraudo 2018, 92-95). En observant le graphique suivant et en le comparant aux précédentes pondérations de l’occupation des autres secteurs, nous remarquons un léger décalage par rapport aux incendies. Pour les comprendre, il est important de garder à l’esprit que la pondération a été réalisée sur des tranches d’une décennie (ce qui est plutôt précis), alors que certains objets sont à cheval sur deux phases : ce décalage n’est donc pas significatif. Nous observons une baisse de l’occupation après les deux incendies. Comme dans les secteurs 2 et 3, le début de la phase 3 correspond à une augmentation des effectifs en opposition au secteur 1 (fig. 6). 

Fig. 6 – Courbe pondérée représentant l’occupation chronologique du secteur 4 (DAO : A. Giraudo).

La zone fouillée connaît donc une occupation hachée, moins importante durant les phases 4 et 5. En reprenant la totalité des données, nous nous apercevons donc que le commerce et le domestique sont étroitement liés (Giraudo 2018, 95-96). Aucune structure de production n’a été mise en évidence, et les traces de commerce restent tout de même assez ténues, ne relevant pas d’un véritable contexte artisanal. La zone correspondrait donc à un espace principalement domestique, sauf pour le secteur 4 qui se compose d’un caniveau et de boutiques bien attestées, le tout majoritairement occupé durant les phases 3-4 à 6, avec une concentration sur les secteurs 3 et 4. 

Résultats 

Cette conclusion, résultant de l’étude fonctionnelle, était cependant contradictoire avec certaines interprétations du responsable d’opération. Il convenait donc maintenant de se poser une autre question, à savoir dans quelle mesure un corpus d’objets peut nous renseigner sur la nature d’un site. Pour tenter de répondre à cette interrogation, le corpus de Vendeuil-Caply a été mis en parallèle à d’autres ensembles. Toutefois, la question de l’hétérogénéité des données s’est posée. Pour pallier ce phénomène, nous avons tenté de mettre en place une méthodologie afin de prévenir d’éventuelles contradictions (Giraudo 2018, 96-100).  

L’idée était de confronter deux hypothèses de travail, l’une allant dans le sens de la présence d’un sanctuaire et l’autre dans le sens d’un quartier d’agglomération. Il a donc fallu choisir plusieurs sites référents pour chacune des natures d’occupation et pour lesquels aucun doute n’était possible. Pour faire ce choix, plusieurs critères ont été pris en compte : la quantité d’objets, la chronologie, la nature des sites et la localisation. Ainsi, avec cette méthode, les questions suivantes ont été étudiées afin de répondre à la question principale : est-il possible de distinguer des faciès différents pour les sanctuaires et les agglomérations ? Si oui, sur quels critères ? Et dans ce cas, pouvons-nous en déduire la nature de l’occupation de la zone fouillée à Vendeuil-Caply ? 

Dix sites de comparaison ont été choisis dans ce but, selon les critères précédents (cinq sanctuaires et cinq agglomérations). Chaque corpus a été recompté et reclassé lorsque le système de classement fonctionnel était trop éloigné de celui choisi pour Vendeuil-Caply. A partir de cette première comparaison quantitative, il nous semble que le faciès mobilier de Vendeuil-Caply ne peut correspondre à celui d’un sanctuaire. Il s’approche en revanche de celui des agglomérations, dans la mesure où les catégories fonctionnelles sont très diverses et où l’ameublement et la parure sont les deux catégories les plus représentées. Comme le dit E. Roux dans sa thèse, « toutes les agglomérations étudiées sont caractérisées par une accumulation de mobilier, qui touche à tous les domaines de la vie quotidienne. À l’échelle de la région, les comparaisons […] montrent que quelles que soient les agglomérations, elles livrent toutes un mobilier dense et diversifié, qui représente la plupart de, voire tous les domaines de la vie quotidienne. Tous ces objets sont les témoins de ce qu’étaient ces lieux de passage, d’étape, de service et de production » (Roux 2013, 297). Pour les matériaux, ce n’est pas tant la quantité qui fait la différence, mais plutôt la variété et la présence de matériaux nobles. 

Pour démontrer et approfondir ces impressions, la statistique peut nous apporter des éléments intéressants, en particulier l’analyse factorielle en composantes. La valeur du khi² observée est supérieure à la valeur critique, ce qui fait que la p-value est inférieure 124 au niveau alpha défini. Les lignes et les colonnes de notre tableau de contingence sont donc liées (fig. 7).  

Fig. 7 – Test du khi².

Les tableaux suivants permettent de définir les catégories qui participent à la dépendance entre deux variables : plus la distance est grande, plus la catégorie est éloignée du profil moyen (fig. 8). Par exemple, Estrées-Saint-Denis, Vuiz Faverges et Bennecourt sont peu éloignés du profil moyen, alors que Vendeuil-Caply, Mâlain et les Bolards le sont beaucoup. De même pour les catégories : la parure / vêtement est très proche du profil moyen, mais la plupart des catégories le sont moyennement sauf les catégories divers production, char, attelage, commerce, échange, équipement militaire, statuaire et musique (Giraudo 2018, 125-128).  

Fig. 8 – Tableaux des distances pour les sites (haut) et les catégories (bas).

En résumé, le profil moyen est caractérisé par les catégories restantes et les sites lui correspondant le plus sont ceux le moins éloignés. Le tableau des contributions permet de comprendre la contribution de chaque observation pour chaque facteur. Ainsi, Vendeuil-Caply et l’ameublement sont importants pour F1, Les Bolards et la statuaire pour F2 (fig. 9).

Fig. 9 – Tableau des contributions.

Le graphique résultant de ces divers calculs nous montre alors des réalités quelque peu différentes de ce que nous avions constaté précédemment (fig. 10). Dans un premier temps, les sanctuaires et les agglomérations attestées se distinguent bien sur ce graphique, où nous pouvons noter la superposition de Genainville et Estrées-Saint-Denis, signifiant des faciès très similaires. Vendeuil-Caply ne se trouve pas dans le groupe des sanctuaires, ce qui n’est pas réellement une surprise puisqu’il a été démontré précédemment que la zone fouillée ne correspondait pas à un espace cultuel d’après le petit mobilier. Toutefois, ce qui est relativement surprenant, c’est que le site étudié ne se retrouve pas non plus dans le groupe des agglomérations, mais cela découle aussi de la nature même des quartiers urbains utilisés en comparaison. 

Fig. 10 – Graphique de l’AFC (DAO : A. Giraudo).

Ce graphique nous apporte donc un complément d’information non négligeable, d’autant plus que nous pouvons proposer un « profil-type » pour chacun des groupes, ce qui se dessinait déjà lors de la mise en place des comparaisons (voir supra). Les sanctuaires sont donc principalement caractérisés par la présence de militaria et de gros-œuvre, alors que les agglomérations connaissent un faciès plus varié où la parure, vêtement, la toilette, l’outillage, l’artisanat, l’écriture, les activités culinaires et les éléments divers et polyvalent se retrouvent. Quant à Vendeuil-Caply, il est majoritairement représenté par l’ameublement – ce qui reste en accord avec les constatations déjà émises précédemment. 

Perspectives de travail 

La principale question de ce travail universitaire était centrée sur la possibilité ou non de caractériser la nature de la zone fouillée par les différents assemblages de mobiliers. Au fur et à mesure de l’étude, une méthodologie s’est imposée afin de tenter de répondre à cette interrogation. Il semblait alors nécessaire de ne privilégier aucune des hypothèses d’interprétation, afin de ne pas apporter de biais au raisonnement. Il a donc été possible, principalement grâce à une analyse statistique, de mettre en évidence qu’il n’était pas possible, en l’état actuel des connaissances, d’identifier la zone comme abritant un sanctuaire. L’absence d’objets tels que les ex-voto, et la présence d’armes, sont deux des principaux arguments mis en évidence. Il est possible également de prendre en compte l’absence de structures cultuelles et de dépôts par exemple. De plus, en poussant le raisonnement, nous avons pu constater que le faciès mobilier de Vendeuil-Caply se rapprochait sérieusement de celui de Mâlain, tous deux des agglomérations dites secondaires. Néanmoins, il est nécessaire de rester prudent quant à l’affirmation de cette identification (Giraudo 2018, 223-224). 

La comparaison entre plusieurs sites est toujours un exercice délicat qui nécessite une rigueur méthodologique. Toutefois, il est raisonnable d’affirmer aujourd’hui que la zone fouillée depuis 2013 dans la vallée Saint-Denis s’apparente à un quartier résidentiel. Sans la possibilité de réaliser une étude spatiale et dans l’attente de l’ouverture de nouvelles zones de fouille (notamment à proximité des deux boutiques), il est difficile de faire la différence entre commerce/artisanat et habitat. L’éloignement de ce quartier par rapport au potentiel forum identifié en 2017 à l’aide d’un drone pourrait être une explication de l’absence d’un artisanat marqué. 

Il sera donc nécessaire de mettre en place un système d’information géographique (SIG) à l’échelle du site, et d’adapter les méthodes d’enregistrement des objets afin de pouvoir travailler sur la spécification des quartiers/îlots. Il serait par exemple intéressant de prêter une attention particulière à tout rejet/déchet d’artisanat afin de se faire une idée du commerce de la ville : comme l’agglomération est proche de voies de communication importantes, il est possible d’imaginer sans difficulté une production qui pourrait être exportée dans la campagne environnante. Un effort sera aussi à réaliser du point de vue de l’enregistrement de terrain afin de faciliter la caractérisation de l’évolution du site qui est occupée sur une période relativement longue.  

Au vu des résultats prometteurs de ce premier travail, il serait donc intéressant de poursuivre l’analyse en augmentant le corpus de sites toujours en s’aidant des outils statistiques et numériques qui viendraient enrichir le discours de l’archéologue d’un point de vue quantitatif, mais aussi illustratif. 

 

Bibliographie :

Briand et al. 2013 : Briand A., Dubreucq E., Ducreux A., Feugère M., Galtier C., Girard B., Josset D., Mulot A., Taillandier V., Tisserand N., “Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum”, Les Nouvelles de l’Archéologie 131, 14-19.

Giraudo 2018 : Giraudo A., L’instrumentum de l’agglomération secondaire de Vendeuil-Caply (60) : fouilles archéologiques 2013-2017. Mémoire de master 2 sous la direction de M. Feugère, M. Poux et S. Loudcher, Université Lumière Lyon 2, 2018.

Roux 2013 : Roux E., Approche qualitative et quantitative de l’usage du mobilier non céramique dans les agglomérations (IIe s. av. J.-C. – IIIe s. apr. J.-C.) : l’exemple des territoires Turon, Biturige et Carnute, Université de Tours, Tours, 2013.

 

Citer ce billet : Alyssa Giraudo, "L’instrumentum de l’agglomération secondaire de Vendeuil-Caply (Oise)." Le Fil d'ArAr, 04/12/2019, https://lefildarar.hypotheses.org/1871.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.