Lugdunum, métropole antique !

Morgane Andrieu

 

 

Compte-rendu de : Fr. Bérard, M. Poux (dir.), Lugdunum et ses campagnes. Actualité de la recherche (Archéologie et Histoire romaine, 38), Ed. Mergoil, Drémil-Lafage 2018, 370 p. ISBN 978-2-35518-064-4

 

Précédé d’une préface de H. Savay-Guerraz, qui vient de quitter la direction de Lugdunum-musée et théâtres romains, cet ouvrage de 370 pages rassemble 11 articles principalement issus du XVIIe Congrès de l’Association Guillaume Budé qui s’est tenu à Lyon du 26 au 30 août 2013.  Dirigé par Fr. Bérard et M. Poux et dédié à la mémoire de Ch. Goudineau, cet ouvrage recueille une partie des communications archéologiques présentées lors des sessions de la Commission des Antiquités régionales du congrès (8 communications sur 15). L’ensemble est enrichi par plusieurs travaux plus récents comme des études épigraphiques relevant de découvertes inédites, ou le réexamen des données concernant l’aqueduc du Gier. Les principaux actes du congrès, L’Homme et ses Passions, sont publiés dans un volume à part (Les Belles lettres, 2016) et ne concernent pas directement l’archéologie.

Le titre du présent ouvrage ne reprend pas celui du congrès. Il en respecte néanmoins le thème qui était de « tenir ensemble tous les aspects de l’humanité, telle qu’on la découvre dans les grands textes anciens et modernes« , puisque les auteurs se sont attachés à considérer Lyon dans son ensemble. L’ouvrage s’attache effectivement à comprendre l’évolution du territoire lyonnais en réunissant des études consacrées à la « ville » et à ses campagnes.

Le nombre très satisfaisant d’illustrations et l’impression en couleur de la majeure partie d’entre elles sont autant d’éléments qui rendent la lecture de l’ouvrage particulièrement agréable et constituent un appui non négligeable à la compréhension des textes. On y décèle quelques rares problèmes de qualité d’impression (Fig. 26 p. 173, Fig. 2 p. 312, Fig. 1 et 2 p. 278 par ex.) et peu d’erreurs typographiques (p. 108, 139 par ex.). Si au premier abord, la mise en page extrêmement aérée peut paraître surprenante, la taille de la police (particulièrement grande) est finalement agréable. On peut regretter l’absence de certaines contributions pourtant présentées à l’occasion du congrès comme les communications dédiées au thème du funéraire qui avaient fait l’objet de deux interventions et qui auraient trouvé une belle place au sein de ce recueil. Quoi de mieux que l’exemple des espaces funéraires entre ville et campagnes pour réfléchir aux notions de territoire urbain et suburbain ? Quoiqu’il en soit et même si l’on déplore l’absence de plusieurs contributions présentées au congrès, le recueil bénéficie de plusieurs nouveautés qui viennent considérablement l’enrichir.

À ce titre, B. Clément, C. Batigne-Vallet et E. Vigier publient le dossier réactualisé des vestiges du clos de la Solitude (Lyon 5e) qui souffrait à la fois de l’ancienneté des recherches et de la dissémination du mobilier et des informations. Ce gros travail (59 pages) succède à l’ouverture, en 2013, de trois sondages qui ont permis de compléter le plan du quartier et d’apporter les données stratigraphiques et chronologiques qui faisaient jusqu’alors défaut. Alors que notre fenêtre d’observation était chronologiquement réduite entre la fin du IIe siècle av. n.-è. et la fin du IIIe siècle de n.-è., l’ouverture de ces nouveaux sondages a permis de mettre en évidence une occupation continue du quartier du clos de la Solitude sur près de cinq siècles. Les traces d’une occupation protohistorique livrant du mobilier attribuable à La Tène D1 (vers 150-90 av. n.-è.) y ont notamment été repérées. Cette occupation, antérieure à l’édification de la domus dite « La maison au dauphin » (ou maison G), constitue une découverte importante pour notre compréhension de l’état pré-colonial de Lyon sur ce secteur de la colline de Fourvière. L’essai de synthèse que nous offrent les auteurs est précédé d’une description richement illustrée des techniques de construction, des aménagements sur rue, de l’organisation spatiale et du fonctionnement de chaque bâtiment du site. La synthèse, des plus limpides, permet une vision globale remise à jour de l’évolution du quartier et des péripéties qui se sont imprimées dans le sous-sol archéologique. C’est le cas d’un incendie extrêmement violent, déjà signalé par plusieurs archéologues dans les années 1960-1970. Cette catastrophe, que les auteurs proposent de dater entre 96 et 110 de n.-è. (p. 190), marque un tournant dans la vie du quartier avec une reconstruction in situ sans évacuation des déblais. Ce choix qui consiste à aplanir les couches de démolition en vue d’un rehaussement complet d’un quartier semble inédit dans le monde romain (p. 191) et serait lié à la volonté de créer un nouveau système de terrasse aménageant ainsi une plus grande surface constructible dans ce secteur accidenté de la ville.

Deux autres études viennent compléter nos connaissances sur le sous-sol archéologique de la colline de Fourvière. La première est offerte à la mémoire de Ph. Thirion. Cet important travail réalisé par T. Silvino, Ph. Thirion (†) et B. Clément en collaboration avec G. Charpentier, M. Lenoble, G. Maza, R. Nicot et L. Robin fait suite à la fouille de l’hôpital de Fourvière réalisée en 2010. L’emprise étudiée, d’une surface d’environ 1000 m2, offre une image relativement complète d’un espace urbain accueillant une population d’artisans et de commerçants sur le versant nord-est du plateau de la Sarra. La surface dégagée a permis de mettre à jour une portion de rue et une partie d’insula. L’étude de ces vestiges offre un nouvel aperçu de l’évolution architecturale et de l’occupation du site des années 30 av. n.-è. au début du IVe siècle. Comme au clos de la Solitude, une phase de reconstruction succède à un terrible incendie daté des années 10 de n.-è. (p. 83). Cette phase marque l’apparition d’un édifice construit en dur avec la présence de boutiques et d’ateliers. Au IIe s. de n.-è., l’espace bénéficie de plusieurs aménagements qui marquent un enrichissement du site avec notamment l’installation de latrines reliées au tout-à-l’égout. De manière constante, la nature des installations revêt un caractère mixte avec l’omniprésence des boutiques et des ateliers au cœur de l’habitat privé. Ces éléments invitent les auteurs à penser qu’il pourrait s’agir d’installations équivalentes à nos actuels baux commerciaux, à moins que cet état ne reflète les exigences d’un propriétaire foncier qui aurait délégué le droit de construire à des particuliers tout en imposant un type architectural (p. 109).

La seconde étude relative à la colline de Fourvière est publiée par E. Hofmann et concerne les domus de l’îlot central de l’ancien hôpital de l’Antiquaille. La parcelle, d’une surface d’environ 3000 m2, est située sur le versant est de la colline et a été intégralement fouillée en 2011-2012 suite à un projet de parking souterrain. Elle fait l’objet d’une occupation dès la Tène D (150-50 av. n.-è.) et d’une urbanisation commençant dès l’époque augustéenne jusqu’au haut Moyen Âge. Les recherches révèlent la présence de deux vastes domus établies entre le Ier et le IIIe siècle de n.-è. et d’un petit ensemble funéraire daté du haut Moyen Âge. Le site, connu de longue date, avait déjà livré un important lot de matériel, y compris trois mosaïques, cinq inscriptions (publiées dans le CIL) et de nombreux fragments de statuaires. Découvert en 2011-2012, le portrait en marbre blanc de Lucius Aelius Cesar, héritier présomptif d’Hadrien, a été récemment publié (2019) par M.-P. Darblade-Audoin dans les actes du 15e congrès international sur l’art romain provincial (Schild von Steier, vol. 9). L’ensemble des découvertes, anciennes et plus récentes, tendent à définir le quartier de l’Antiquaille comme étant le lieu de résidence d’une population fortunée, voire d’une élite urbaine (p. 134).

Il apparaît à la lecture de ces trois publications, consacrées au sous-sol archéologique de la colline de Fourvière, que la ville haute était une zone sensible régulièrement exposée aux incendies (p. 83, 190 par ex.). Ces incendies répétitifs précèdent des phases d’amélioration et d’enrichissement du bâti et sont aussi peut-être les marqueurs d’une urbanisation particulièrement dense, et les signes d’une ville haute, au moins partiellement, construite en matériaux inflammables. Les installations à la fois privées, commerciales et artisanales s’insèrent dans une trame urbaine rythmée par un réseau viaire dont l’existence jusqu’ici ressentie est désormais attestée (p. 134). Ces trois articles montrent également que l’envie de retrouver les traces de la colonie primitive de Plancus et son emprise exacte anime la curiosité des archéologues pour lesquels la question demeure centrale (p. 10, 108, 182 et 133 par ex.). L’absence de ces traces d’occupation dans ces différents secteurs pourrait confirmer l’étendue restreinte de la première colonie de Lyon qui, selon les auteurs, devait être cantonnée au quartier de la Sarra (p. 182).

L’article d’E. Bertrand et M. Leperlier qui réunit un ensemble de peintures murales antiques trouvé sur le site de l’Hôtel-Dieu, collection quasi inégalée à Lyon, nous invite en ville basse, dans un habitat luxueux de la presqu’île. À travers l’étude de quatre ensembles de peintures, les auteurs reviennent sur les particularités de ce quartier qui semble associer demeures de prestige et installations liées au commerce fluvial dès la première moitié du Ier siècle de n.-è. (p. 221). Les photographies des peintures murales, de bonne qualité, témoignent d’une iconographie et d’une polychromie encore bien conservées sur certains fragments. Les éléments retrouvés ont permis aux auteurs de faire des propositions de restitution de chaque ensemble.

Dans la seconde partie du volume, trois articles sont consacrés à l’épigraphie de la ville. La première contribution (p. 225 à 244), par F. Bérard et T. Silvino, concerne deux nouvelles inscriptions lapidaires religieuses trouvées à Lyon et à Vienne. L’un de ces documents est une petite inscription votive trouvée à Vienne qui provenait possiblement d’un lieu de culte proche du théâtre (p. 227). Le nom du dédicant, celui de la divinité et de l’objet du vœu ne sont pas conservés mais les lettres restantes ont permis de retrouver une formule semblable à l’expression urnam cum sortibus attestée dans près d’une dizaine d’inscriptions votives. Ces inscriptions témoignent d’une pratique cultuelle lors de laquelle le dédicant offre une urne et les sorts nécessaires à son usage (p. 228).

L’article de N. Laubry s’attaque au vaste sujet de la vie religieuse de la colonie de Lugdunum sous le Haut-Empire (p. 245-276) en insistant sur quelques points de méthode illustrés à partir d’exemples épigraphiques précis et de comparaisons avec les autres colonies de l’empire romain. L’auteur parvient à esquisser un tableau des contextes de la vie religieuse à Lyon à partir des rares découvertes épigraphiques notables des dernières années en s’attachant à l’identité de ses acteurs, aussi bien publics que privés.

Au moyen des données épigraphiques disponibles et des parallèles existants dans l’Occident romain, A. Borlenghi (p. 277-308) apporte de nouvelles informations passionnantes relatives à l’aqueduc du Gier, le plus long et le plus monumental des aqueducs qui abreuvait la colonie romaine de Lyon. La série épigraphique choisie pour son enquête réunit des estampilles sur briques et sur tuyaux en plomb (resp. CLARIANVS, NEBRIGIAC et TI.CL.CAES.) ainsi que des inscriptions lapidaires telles que des bornes destinées à protéger les abords immédiats de l’aqueduc (bornes dites de Chagnon et de Saint-Joseph). Ces témoignages et les autres indices présentés et savamment étudiés par l’auteur apportent de nouveaux éléments utiles pour affiner la chronologie du monument dont la mise en œuvre peut désormais être datée de la fin du Ier siècle ou aux premières décennies du IIe siècle de n.-è. (p. 300).

Les deux dernières contributions du volume se consacrent au territoire urbain et extra-urbain. J.-F. Reynaud s’intéresse à l’existence d’une enceinte réduite de l’Antiquité tardive en proposant différentes hypothèses de tracé (p. 309-344) tandis que J.-Cl. Béal rédige une synthèse sur la question des agglomérations secondaires en région Rhône-Alpes (p. 345-370). Ces villes et hameaux rhônalphins polymorphes revêtent des fonctions et des statuts multiples visibles au travers des différents équipements publics et des rapports entretenus avec le territoire environnant (p. 365). Au travers de la publication des derniers résultats du travail consacré à l’urbanisme de la colonie – travail entrepris depuis le début des années 2000 dans le cadre du PCR Atlas topographique de Lugdunum – M. Lenoble et Ph. Thirion s’intéressent à la trame et aux réseaux viaires urbains de Lugdunum (p. 43-67). Les auteurs parviennent notamment à distinguer trois orientations urbaines principales qui subsistent selon les mêmes orientations jusqu’à l’abandon de la ville haute qui débute à la fin du IIIe siècle de n.-è. (p. 62).

Dernier point, mais non des moindres (car on l’aura compris la question de l’établissement de la colonie de Plancus est au cœur des réflexions contemporaines à Lyon), l’article d’A. Desbat et M. Poux (p. 13-41) fait le bilan sur l’apport des fouilles récentes pour comprendre les modalités et les mutations entre une Lugdunum gauloise et l’établissement de la colonie de Plancus. Les auteurs soulignent notamment les difficultés existantes sur le terrain pour faire la distinction entre occupation indigène et premiers aménagements de la colonie (p. 36). Au delà des difficultés stratigraphiques rencontrées, ce sont les échanges précoces et visiblement nombreux qui renvoient déjà à des modèles connus en Italie et en Narbonnaise qui posent problème. L’une des difficultés principales étant de distinguer, au travers des mobiliers retrouvés, les populations gauloises très romanisées, d’une part, de la présence de militaires ou de colons originaires d’Italie ou de Transalpine, d’autre part (p. 36). D’autres découvertes demeurent nécessaires afin de pouvoir préciser le statut et la fonction des occupations préromaines de Lyon pour laquelle l’hypothèse d’une fondation coloniale ex nihilo peut être définitivement abandonnée.

Pour conclure, l’ouvrage apporte une contribution significative et tient ses engagements en nous présentant une version mise à jour de plusieurs gros dossiers tels que celui de l’urbanisme de la ville sur la colline de Fourvière, une nouvelle réflexion sur l’aqueduc du Gier et plusieurs inscriptions lapidaires inédites. Cette synthèse dresse un bilan positif des recherches très actives dans le domaine de l’urbanisme de la colonie de Lugdunum avec, notamment, la publication princeps de monographies de fouilles alors inédites. On peut signaler depuis, la disponibilité (en ligne) du rapport de fin d’opération consacré au quartier antique du Clos de la Solitude (2014) et le rendu du rapport concernant la fouille de l’hôpital de Fourvière. Le rapport concernant la fouille de l’Antiquaille (SAVL) est également rendu et consultable à la bibliothèque du service archéologique.
Beaucoup reste à faire sur l’ager colonial et ses relations avec l’urbs, mais les nouvelles fouilles programmées et préventives faites dans les campagnes environnantes contribuent à dresser un bilan, certes provisoire mais réactualisé. En ce sens, les réunions de travail et les réflexions collectives régulièrement menées depuis le début des années 2000 sur l’urbanisme de la colonie dans le cadre du PCR Atlas topographique de Lugdunum, dirigé par M. Lenoble puis par M. Monin, constituent un moteur et un soutien dynamique à cette entreprise.
L’ouvrage mérite donc que l’on s’y attarde et s’il ne s’agit pas d’un ouvrage grand public, les riches illustrations et les propositions de restitution (des habitats et des peintures murales par ex.) permettront à quiconque le souhaite de se projeter dans la Lyon gallo-romaine. Pour le spécialiste et l’archéologue, cet ouvrage offre un riche aperçu d’une partie de l’actualité de la recherche à Lyon et demeure très informatif concernant les axes de réflexions en cours.

 

Ce travail a bénéficié d’un financement du Conseil européen de la recherche (ERC) au titre du programme-cadre de l’Union européenne pour la recherche et l’innovation « Horizon 2020 » (convention de subvention n°715626 (Projet LatinNow).

Citer ce billet : Morgane Andrieu, "Lugdunum, métropole antique !." Le Fil d'ArAr, 31/01/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/1707.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.