Rencontres franco-suisses sur l’artisanat urbain – épisode 1 : Une table-ronde très productive !

Marine Lépée

La table-ronde intitulée « Méthodologie de l’identification des lieux de l’artisanat et du commerce dans les villes antiques » a réuni chercheurs suisses et français vendredi 15 novembre à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. L’idée de cette première réunion est née de l’intérêt commun des deux organisateurs, B. Clément et M. Lépée (ArAr, équipe 1, axe 2), pour la question de l’économie urbaine et de son cadre architectural (fig. 1).

Fig. 1 Affiche de la table-ronde (mise en page : C. Develay, MOM).

De nombreux questionnements ont naturellement émergé et ont orienté le programme de cette réunion. Comment l’artisanat et le commerce de proximité s’insèrent-ils et se démarquent-ils dans le tissu urbain ? Comment alors discerner efficacement un espace de service au sein d’une maison, dédié à l’économie domestique, d’un véritable espace de vente et/ou de production orienté vers la diffusion extérieure ? Comment identifier des espaces de travail dédiés aux échanges de proximité au sein de complexes architecturaux plus vastes (ateliers, édifices de stockage, bâtiments d’hébergement collectif, édifices publics…) ? Quelles structures archéologiques sont propres aux petits ateliers urbains ? Quels éléments structurels et quels assemblages de mobiliers caractéristiques pourraient permettre de reconnaître ces espaces et de comprendre leur organisation ?

Cette table-ronde se proposait donc de réunir des chercheurs français et suisses afin de confronter les protocoles d’analyse et les cas d’étude propres à chacun.  Faire dialoguer et résonner entre elles les différentes problématiques propres à chaque communiquant : c’était l’un des objectifs de cette réunion de travail qui a été amplement atteint !

 

Fig. 2 Principales typologies des circulations dans les espaces domestiques de Gaule du nord (DAO : R. Auvertin).

Certaines communications, plus générales, ont permis de poser quelques pistes de réflexion qui n’ont eu de cesse d’être questionnées et illustrées dans les présentations suivantes. Rémi Auvertin (Univ. Lille 3) a pu insister sur les lacunes documentaires propres à l’identification des activités artisanales dans le nord de la Gaule et a orienté ensuite son propos vers l’interprétation des espaces et l’approche fonctionnelle des plans. La méthode de la space syntax a ici trouvé une belle illustration (fig. 2). Les questions de distribution des pièces, de circulation interne et de séparation des fonctions ont en effet été évoquées.

C’est d’ailleurs une réflexion fonctionnelle qui a gouverné plus tard dans la matinée la présentation de l’équipe lausannoise (Fanny Lanthemann, Louise Rubeli et Antoine Rochat, UNIL) consacrée au site de Vidy-Boulodrome, fouillé en tant que chantier-école depuis 2013. Les chercheurs se sont proposés de présenter une analyse des fonctions des pièces du bâtiment 1 et du bâtiment 3 de ce site, en confrontant critères fonctionnels de terrain et critères du mobilier mais … à l’aveugle ! Dans de nombreux cas, la mise en regard a vraiment bien fonctionné (fig. 3) et la spatialisation du mobilier en lien avec ses catégories fonctionnelles a validé les interprétations de terrain (qu’il s’agisse de pièces de séjour, de cuisines, d’ateliers, de potentielles boutiques ou d’espaces de stockage). Dans certains cas, la confrontation des données a permis d’affiner considérablement les interprétations fonctionnelles (locaux bi-fonctionnels, notamment), ou – dans de rares cas – de changer l’attribution d’un espace (notamment lorsque les vestiges structurels sont absents). Cette approche méthodologique, permise par une très grande précision des données et un enregistrement contextualisé du mobilier, apparaît comme exemplaire.

Fig. 3 Analyse comparée des fonctions du bâtiment 1, deuxième moitié du IIe s. (DAO : F. Lanthemann, L. Rubeli, A. Rochat).

Cette table-ronde souhaitait interroger le cadre architectural de la vente et de la production en milieu urbain, activités qui partagent bien souvent le même local. La question des critères de reconnaissance a ainsi été évoquée dans un premier temps par Marine Lépée (ArAr-Univ Lyon 2 / UNIL) autour de son corpus de thèse centré sur la Vallée du Rhône. Les difficultés méthodologiques propres à la reconnaissance de ces locaux (le geste de la vente qui laisse peu de traces, les modes de construction en terre et bois, l’imbrication des activités) entrent en résonnance avec ce que Rémi Auvertin avait pu évoquer en début de journée. Une série de critères architecturaux et fonctionnels a ensuite été proposée et illustrée par des exemples viennois, lyonnais ou suisses afin de servir de pistes de réflexion et d’ouvrir à la discussion. Parmi ceux-ci, la présence d’un réseau hydraulique bien développé au sein de la boutique, la mettant en lien avec la rue et/ou les espaces domestiques associés, a été notifiée.

C’est la présentation de Jean-Baptiste Lebret (Univ. Montpellier 3) qui a pu nous éclairer davantage à ce propos (fig. 4). Il a pu montrer que, dans les édifices de stockage, d’autres systèmes d’assainissement étaient privilégiés (notamment les vides sanitaires) et que les évacuations avaient tendance à ne pas circuler dans les cellules. Dans les locaux de vente, il a été mis en évidence que les évacuations en fond de local correspondaient non pas à l’évacuation de la boutique elle-même mais plutôt des appartements la surplombant (un critère de plus pour supposer la présence d’étages lorsque ceux-ci ne sont pas retrouvés ?) et que l’absence d’évacuations dans certaines cellules pourrait renvoyer au stockage de denrées craignant l’humidité.

Fig. 4 Quelques édifices commerciaux de Lyon et Saint-Romain-en-Gal et de leurs réseaux d’évacuation (DAO : J.-B. Lebret).

Des études de cas privilégiés sont venues compléter le programme de cette journée et ont particulièrement insisté sur les aménagements internes de locaux économiques abritant des activités artisanales bien identifiées. Le site lausannois de Vidy-Boulodrome a été au centre d’une seconde présentation, celle de Claudia Lozano (UNIL), qui a présenté un protocole méthodologique pour l’étude des structures et des déchets (scories, chutes, battitures …) appliqué à l’étude de quatre ateliers métallurgiques qui s’implantent successivement en bordure des trois parcelles du site (fig. 5). Ce protocole a permis de mieux caractériser la nature, la distribution et l’intensité de l’activité qui se déroulait dans chacun des espaces de travail. Les questions des gestes que l’on peut reproduire à partir de l’étude d’un déchet métallurgique, de la spécialisation ou non dans des réalisations de petites ou de grandes dimensions ainsi que des réflexions topographiques sur l’intégration de l’artisanat métallurgique dans l’agglomération, ont été évoquées.

C’est ensuite Benjamin Clément (Univ. Franche Comté) qui s’est intéressé à un complexe économique mis au jour le long de la voie de Narbonnaise lors des fouilles préventives de Sainte-Colombe menées par Archeodunum en 2017 et dont il a dirigé les opérations. Il est composé d’une succession d’espaces tripartites (boutique, habitat, arrière-boutique) au rez-de-chaussée et d’appartements locatifs indépendants à l’étage. L’intérêt de cette étude de cas réside dans le fait qu’une analyse diachronique est rendue possible par la durée d’occupation de ce bâtiment documentée à partir des années 40-50 de notre ère sur près de 3 siècles : si le cadre extérieur reste pérenne, les modifications internes sont nombreuses et renvoient à autant de changements de fonction dont les structures et le mobilier nous donnent des indices (atelier de teinturier, atelier de marbrier, stockage …) (fig. 6). Cette présentation a permis d’illustrer un complexe économique dans son évolution et dans la diversité de ses critères de reconnaissance (architecture, aménagements internes, ensembles mobiliers). 

Fig. 5 Relevé des concentrations en battitures de la forge n°4, Bâtiment 3 (C. Lozano).


Fig. 6 Plan et structures de l’insula J, 70-110 apr. J.-C. (B. Clément).

 

 

 

C’est d’ailleurs la pluralité des échelles d’analyse et des critères de reconnaissance qui a guidé les deux dernières communications. Gaëlle Morillon (ArAr-Univ. Lyon 2) nous a parlé de l’hébergement collectif en milieu urbain et des critères de reconnaissance des édifices et des activités qui leur sont associées. Les auberges correspondent en effet à des édifices commerciaux proposant des prestations à des clients en cours de déplacement, avec ou sans leurs biens. Elles présentent des espaces d’accueil mais aussi de service. Comme les boutiques, elles se caractérisent par leur accessibilité (fig.7). La question des commerces alimentaires, très associés à la fonction d’accueil urbain, a également été évoquée ainsi que la reconnaissance des lieux d’accueil pour les animaux et véhicules (accès charretier, écuries …).

Un bond radical dans l’espace et dans le temps a conclu la journée : la présentation d’un bâtiment à deux pièces de l’époque saïte sur le site du Kôm de Plinthine a permis à Rim Saleh (Hisoma-Univ. Lyon 2) d’évoquer critères architecturaux et mobiliers donnant des indices sur la fonctionnalité des pièces (activités de tissage, stockage d’amphores …) (fig.8).

Fig. 7 Fonctionnalité des pièces dans deux auberges (DAO : G. Morillon).

Fig. 8 Ensemble de pesons retrouvés dans la pièce septentrionale (R. Saleh).

 

Cette première table-ronde a permis de confronter des études de cas, des difficultés d’identification et des approches méthodologiques communes. Des échanges très fructueux entre les différents communicants invités en ont découlé. Cela ne fait qu’insister sur la nécessité de multiplier les réflexions autour de l’artisanat et de l’économie urbaine : le cadre de rencontres à plus grande échelle autour de ces thématiques porteuses, de plus en plus illustrées par des travaux archéologiques récents d’un côté comme de l’autre de la frontière franco-suisse, permettra, à terme, d’actualiser les pistes de réflexion et d’enrichir les échanges.  


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.