Concevoir le territoire du long Moyen Âge : des pratiques communes ?

Programme du Séminaire-atelier de l’Equipe 3, Axe 5 d’ArAr

Vendredi 29 novembre 2019

Amphithéâtre Benveniste
Université Lumière Lyon 2, Campus Berges du Rhône –
Bât. H – 3, rue Raulin, 69007 Lyon

9h-9h30 : Axe 5 « Les territoires » : des mots pour le dire. Retours d’une enquête – Emma BOUVARD-MOR (SAVL), Franck CHALEAT (SAPDA), Mélanie FOUCAULT (SAVL)

L’axe 5 «Territoires« de l’équipe des médiévistes de l’UMR ArAr s’est nouvellement constitué en janvier 2019. Composé de chercheurs d’horizons divers, le groupe de travail entend croiser ses sources et ses pratiques autour des territoires médiévaux régionaux, selon une démarche décloisonnée. Pour ce faire, il a paru utile d’interroger les perceptions individuelles et les usages professionnels de chacun des participants afin de bâtir une réflexion à plus long terme sur une nomenclature et des bases épistémologiques partagées. Cette communication est l’occasion d’établir un premier bilan issu d’un questionnaire auquel une douzaine de membres de l’axe a répondu. Il esquisse des thématiques et problématiques communes qui permettront d’articuler la suite de nos travaux. Une cartographie des zones d’étude concernées par les membres de l’axe a aussi été produite pour une meilleure visibilité.

9h50-10h05 : Le(s) territoire(s) de l’abbaye de Saint-Pierre-les-Nonnains de Lyon : quelques aspects – Damien PEYRAMOND (Université Lumière Lyon 2 / ArAr)

Fondée au cours du haut Moyen Âge, l’abbaye des Dames de Saint-Pierre de Lyon connaît une progression importante durant les siècles suivants. En 1245, la bulle du pape Innocent IV nous dresse une description des biens de l’abbaye. Elle témoigne ainsi de l’étendue de son patrimoine. L’étude du monastère lyonnais et de ses prieurés présentent alors un territoire à multiples facettes qui atteste de la puissance et de la richesse de l’abbaye lyonnaise.

10h45-11h00 : Dans et par-delà les murs : territorialisation des espaces monastiques au féminin (XIIe – XVIIIe siècle) – Mathilde DURIEZ (Université Lumière Lyon 2 / ArAr)

De la recluse à la religieuse cloîtrée, l’espace monastique des moniales au Moyen Âge, mais aussi à l’époque moderne est perçu comme un monde clos, parfois ouvert souvent fermé. En effet, la stricte obligation de clôture est omniprésente autour de la moniale occidentale et est perçue différemment depuis l’intérieur ou depuis l’extérieur des monastères. Pourtant, les couvents féminins sont des monastères comme les autres avec un temporel multiple à gérer et avec des relations de voisinage à entretenir. Parfois imperceptible, parfois obsessionnel, l’enfermement des moniales semble compliquer et multiplier les intermédiaires dans l’organisation spatiale, territoriale et la gestion des implantations monastiques à destination des femmes. Il s’agit ici de faire un état des lieux sur les questions posées et sur les réponses avancées par les chercheurs depuis quelques années sur le territoire monastique féminin.

11h20-11H35 : Le territoire comme espace mental – Nicolas REVEYRON (Université Lumière Lyon 2 / ArAr)

Comme l’ont montré les travaux de M. Gravel sur la formation de l’Empire carolingien, un territoire se définit autant par un espace géographique que par un système de relations. L’émergence des nationalismes au XIXe siècle a substitué à une vision relationnelle de la construction territoriale la perception statique d’un ensemble physique strictement défini. La seconde moitié du XXe siècle a réhabilité une approche plus souple des faits historiques. La frontière n’est plus clivante, la date ne suffit plus à faire l’événement, ni les étendues géographiques, les territoires. Et sur l’adage d’Innocent IV : « Ubi papa, ibi Roma », on peut reconnaître ce qui rentre d’immatériel dans la définition des espaces politiques. En histoire de l’art, il est ainsi apparu qu’en matière d’architecture, les formes et les styles relevaient pour partie d’une ecclésiologie architecturale donnant forme à une identité reconnaissable partout où l’institution possédait des dépendances. En effet, le développement des ordres religieux s’accompagne d’une territorialisation discontinue où les domaines acquis ne se superposent plus aux réseaux et aux champs d’influence et d’activité. Dans ce contexte complexe, difficile à percevoir, les signes d’identité et d’appartenance, notamment en architecture, constituent des points de repères d’un territoire mental.

14h00-14h15 : Modestes décors, visages éphémères des parois médiévales – Chantal DELOMIER (Inrap ARA)

Les décors peints, ou incisés, participent pleinement à la lecture et à l’interprétation des espaces étudiés par le biais de l’archéologie des élévations. Les approches des historiens d’arts et restaurateurs complètent la nôtre mais ne la remplace pas du point de vue méthodologique. En trente ans de pratique, de nombreux éléments de décors ainsi que des graffites, éléments fragmentaires et altérés pour la plupart, ont été recueillis et relevés les chantiers en région Auvergne-Rhône-Alpes, ils structurent les espaces intérieurs et les parois extérieures des édifices médiévaux. Que disent ces surfaces animées ou signées de la mentalité de leur promoteur, de la performance technique, de l’ambiance qu’elles créent, du contexte social et humain ? On s’attachera, plus spécialement aux décors simples et à leurs critères de datation.

14h35-14h50 : La notion de territoire en archéologie préventive : le cas des opérations en milieu rural – Ellébore SEGAIN et Michel GOY (Inrap ARA)

La notion de territoire est vaste et multiforme, et rend l’appréhension de celui-ci difficile en archéologie préventive, et encore plus en zone dite « rurale », qui concerne pourtant la grande majorité de la population médiévale. Une multiplicité de territoires différents, imbriqués les uns dans les autres est ainsi révélée, au gré des découvertes et des indices collectés. Quels sont aujourd’hui les outils dont dispose l’archéologue pour identifier, et donc nommer, ces territoires dans un cadre préventif (éléments constitutifs, limites, biais géographiques et temporels ?

15h30-15h45 : Ville, village, bourg, agglomération : affronter et se réapproprier le vocabulaire usuel dans l’étude territoriale de l’habitat groupé – Sylvie BOCQUET (Inrap ARA) et Franck CHALEAT (SAPDA)

Dans l’étude du processus d’agglomération dans les temps médiévaux et modernes, les mots comptent, particulièrement en français, où ils agrègent des sens sédimentés qui orientent directement notre regard de chercheur : pour un terme, l’objet spatial cerné est spécifique, le territoire exploré n’est pas le même, les enjeux historiques sont différents, et l’on risque d’énoncer une problématique biaisée ou maladroite si l’on ne choisit pas précisément les notions à manipuler en fonction des buts que l’on se fixe. La communication vise à passer en revue quelques aspects problématiques de cette recherche d’histoire et d’archéologie urbaine sur la base de quelques exemples de sites archéologiques régionaux.

16h05-16h20 : Territoires et frontières dans les sciences de l’Antiquité – Gaëlle PERROT (Université Lumière Lyon 2 / Hisoma / Frontiere.s)

Alors que tous appellent de leurs voeux la transdisciplinarité et le décloisonnement disciplinaire, antiquisants et médiévistes, et plus encore, historiens et archéologues, ne font pas toujours appel aux mêmes outils conceptuels pour aborder les notions de frontières et de territoires. Limites, barrières, confins, interfaces… il apparaît que les frontières anciennes se pensent aujourd’hui dans leur pluralité. Il s’agit de l’objet de réflexion du laboratoire junior Frontière•s et de sa revue éponyme.

16h40-17h : Discussions / Clôture

L’archéologie du territoire affine ses outils et ses problématiques depuis une quarantaine d’années (Cutural Landscape, prospections, fouilles extensives, archéogéographie, géoarchéologie…). Recouvrant des configurations diverses sur le temps long, le territoire recoupe des significations très larges (espace du groupe, du pouvoir, de l’institution) : de façon multiscalaire, on peut aujourd’hui pister le territoire concret, mental ou social dans les sources matérielles, écrites ou planimétriques.

Cet atelier se veut un lieu et un moment d’échanges et de présentations, qui permettent aux étudiants et aux chercheurs de confronter leur démarche, leur expérience mais aussi leur discours à propos des territoires du passé en Auvergne-Rhône-Alpes. Dans ce but, les communications seront suivies de moments de discussion qui rythmeront un débat ouvert à un large public.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.