Romaines mais vernies

Amaury Gilles

 

 

Compte-rendu de P. Gohier, Les céramiques à glaçure plombifère antiques en Gaule méridionale et dans la vallée du Rhône (Ier siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.) (Archéologie et Histoire romaine, 40), Ed. Mergoil, Drémil-Lafage 2018, 466 p.

 

Le présent ouvrage est issu de la thèse de doctorat de Pauline Gohier. Ce travail réalisé sous la direction de J.-P. Brun a été soutenu en décembre 2016. Il s’agit d’un ouvrage de 466 pages comprenant de nombreuses illustrations en couleur.

Ce travail traite des céramiques à glaçure plombifère d’époque romaine et s’adresse tout particulièrement à un public de céramologues, ou d’archéologues intéressés par l’artisanat dans le monde antique et les savoirs techniques. En effet, dans le cadre d’une étude de site, on est bien souvent confronté à la difficulté d’aborder cette catégorie de céramique, toujours découverte en faible quantité. Les rares vases sont le plus souvent fragmentaires.

L’auteure étudie dans le cadre de cet ouvrage les nombreux fragments de céramiques à glaçure plombifère disséminés dans vingt-deux dépôts archéologiques et musées du sud de la France et de la vallée du Rhône. Elle dresse ainsi le catalogue des découvertes effectuées dans une quinzaine de villes et d’agglomérations, et près de 80 sites différents. Elle tire ainsi parti des collections muséales qui livrent des objets bien conservés tout en profitant des informations  chronologiques fournies par les découvertes pour lesquelles on bénéficie de données contextuelles précises. Le lecteur familier des dépôts archéologiques mesurera le travail logistique et documentaire que cela représente (tonnes de matériel à manipuler, nombre de personnes à contacter …).

Il en résulte un catalogue comprenant 721 vases1 dont 639 illustrés qui occupe la partie centrale de l’ouvrage (p. 170-330).

Une seconde difficulté de l’étude des céramiques à glaçure plombifère pour le céramologue tient au fait que les vases désignés derrière cette appellation appartiennent à des zones de production parfois éloignées du terrain étudié et dont la bibliographie est souvent dispersée dans de nombreux supports éditoriaux. Cet ouvrage y pallie parfaitement.

Dans un état des lieux concis (p. 28-41), l’auteure récapitule les ateliers et indices d’ateliers connus à l’échelle de l’empire romain facilitant au lecteur l’accès à cette documentation. Elle revient également dans ces pages sur les aspects techniques des glaçures plombifères.

Les vases de son corpus se rapportent à différentes zone de production : celles d’Asie mineure, d’Italie du Nord, de la vallée du Rhône, de la vallée de l’Allier dites du « centre de la Gaule » et celles d’Italie centrale. Cette organisation suit une logique chronologique, les vases les plus anciens se rapportant aux ateliers orientaux actifs dès le Ier s. av. J.-C. La technique de la glaçure plombifère (silice + oxyde de plomb) est ensuite adoptée en Italie du Nord à la fin de la République. La diffusion de cette technique aux provinces gauloises se fait par l’installation d’une succursale italienne à Lyon, puis Saint-Romain-en-Gal produisant des gobelets d’Aco au début de l’époque augustéenne. Les vases des ateliers du Centre particulièrement actifs entre les années 40 et 80 sont peu présents dans le corpus rassemblé ici. Une place particulière est réservée aux productions d’Italie Centrale des IIe et IIIe s. La production de l’atelier du Capitou à Servian (Hérault), datée du IIe s., est examinée conjointement aux productions italiques dans la mesure où il s’agit d’imitations.

L’auteure présente ensuite son corpus, par zones de production, sans oublier de présenter les vases n’ayant pas pu être attribués à une origine particulière. Ces chapitres sont accompagnés de figures tirées de la bibliographie récapitulant les principales formes, mais n’offrant pas un classement aussi systématique et détaillé que celui proposé pour les productions d’Italie Centrale (fig. 113, 332-333). Le fait que le catalogue ne soit pas organisé par production et formes, mais par lieu de découverte ne facilite pas la lecture de ces chapitres.

L’étude des productions d’Italie Centrale ont pu bénéficier de la publication récente de deux ateliers à Rome – Janicule et Nuovo Mercato Testaccio – et d’un troisième, le Capitou à Servian produisant des imitations des productions italiques.

La typologie des vases originaires d’Italie centrale proposée p. 332-347 est un outil de travail original et désormais indispensable pour l’étude de ces vases. La mention de l’origine des vases illustrés pour chaque type permet de mesurer de manière efficace la contribution de cette étude à cette typologie. On peut cependant regretter que les datations proposées pour chacun des types ne soient pas plus argumentées. Il aurait ainsi pu être intéressant de faire figurer pour chaque « exemple » : le contexte précis (phase, horizon, fait ou unité stratigraphique) et sa datation. Ces informations sont données par ailleurs dans le catalogue.

A la fin de ces chapitres traitant des différentes zones de production, un bref paragraphe rappelle la datation et la diffusion de ces productions, créant des redondances avec le chapitre X « Interprétations des données et nouvelles pistes de recherches », mais aussi avec l’état des recherches situé plus haut.

Dans cette partie l’auteure revient effectivement sur la diffusion de chacune de ces zones de productions en direction du Sud-Est de la Gaule : à quelle période ? avec quelle intensité ? Quels en sont les vecteurs ? L’importation des gobelets d’Aco est favorisée par le déplacement de militaires et aussi sans doute d’Italiens nouvellement installés dans les colonies de Narbonnaise créant ainsi une demande pour ce type de vases. C’est dans ce contexte économique et culturel qu’apparaissent les ateliers de Lyon et de Saint-Romain-en-Gal dont la production de céramique fine est dominée par des sigillées de type italique. La mobilité des artisans assure donc la diffusion de ce savoir technique comme cela a déjà été montré par A. Desbat pour les sigillées des mêmes ateliers, établissant que l’atelier lyonnais pouvait être considéré comme une succursale d’Arezzo.

Les productions d’Asie mineure (Tarse) sont très limitées et se cantonnent au littoral gaulois durant la seconde moitié du Ier s. apr. J.-C. Pour l’auteure, il est délicat de parler de véritable commerce de ces vases. La situation change durant la seconde moitié du Ier s. et au IIe s. De rares vases originaires des ateliers arvernes, actifs au Ier s., sont relevés dans les contextes méridionaux, entre le milieu et la fin du Ier s., période à laquelle ces officines connaissent leur l’apogée. À partir de la fin du Ier s. et surtout au cours du IIe s., les ateliers d’Italie centrale diffusent leurs productions jusqu’aux marchés du Sud-Est de la Gaule. C’est d’ailleurs de l’époque antonine que sont datées les imitations de l’atelier de Servian (Hérault).

Pour les ateliers d’Italie centrale, deux phases de production sont distinguées (fin Ier s./IIe s. et fin IIe s./milieu IIIe s. d’après la fig. 97) définies principalement à partir des données contextuelles arlésiennes.

Le répertoire de cette céramique est influencé par celui de la vaisselle métallique. On constate une évolution du répertoire des ateliers gaulois. Si les premières productions sont en effet de type italique, progressivement cette technique est adaptée à d’autres formes d’origine gauloise (p. 152).

Bien que des ateliers aient été découverts à Rome, la diversité des pâtes observées suggère d’autres centres de production dans cette même aire géographique. Leur identification n’est néanmoins pas aisée car ces vases représentent en général une faible part de la production d’un atelier. Dans les p. 157-163, P. Gohier commente le répertoire des ateliers de Celsa et Sutri où des types connus dans le répertoire de la céramique plombifère sont produits parmi les céramiques à paroi fine et communes, ce qui interroge sur l’éventuelle utilisation ponctuelle de cette technique dans ces officines.

Dans les pages suivantes (p. 165-168), l’auteure revient sur les usages de cette céramique. Elle est parfois utilisée en contexte funéraire ou dans le domaine cultuel, dont des cultes orientaux. Certains auteurs ont ainsi voulu y voir une vaisselle à usage cultuel ou du moins pouvant être l’accessoire privilégié de certains rites. Néanmoins, on ne peut considérer que ces vases aient été produits exclusivement à ces fins comme le montre leur présence en contexte domestique. Le fait que cette technique soit appliquée ponctuellement à des formes dédiées au stockage et non au service ne s’oppose pas forcément à l’hypothèse d’une « vaisselle de luxe » complexe à produire et rare dans les contextes archéologiques. En effet, le choix de ce type de contenant a aussi pu être fait pour valoriser un contenu prisé des consommateurs.

Cet ouvrage constitue un outil de travail très pratique pour aborder la variété des céramiques à glaçure plombifère antique et leur bibliographie. Le classement typologique des vases d’Italie centrale est à ce jour, à notre connaissance, le plus complet. Le grand nombre d’illustrations en couleur est également un atout certain pour qui veut tenter de classer les rares fragments auxquels il peut être confronté. Il faut remercier P. Gohier d’avoir mené jusqu’à sa publication un travail de fond qui permet de réunir en un seul ouvrage la documentation réunie dans le Sud-Est de la Gaule et d’en faire profiter la communauté scientifique internationale.

 

Citer ce billet : Amaury Gilles, "Romaines mais vernies." Le Fil d'ArAr, 07/04/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/1255.
  1. Ou 722 ? On note, en effet, une petite contradiction entre les chiffres du texte p. 145 et le tableau p. 146. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.