ArteBib #2 – Construction d’une collection de référence

Elise Vigier, Alyssa Giraudo

Le projet ArteBib (lauréat 2e vague AAP CollEx-Persée) vise à intégrer les objets archéologiques du site de Bibracte au sein de la base de données en ligne Artefacts afin de créer une collection de référence pour la fin de l’âge du Fer. Un premier billet présentant les objectifs du projet, ses partenaires, ses enjeux scientifiques et techniques a déjà été publié ici-même

La numérisation concerne trois ensembles d’objets : les objets publiés dans la Collection Bibracte (lot 1), le mobilier issu des fouilles anciennes conservé au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye (lot 2) et celui conservé au Musée Rolin d’Autun (lot 3). Nous présentons ici la méthode de traitement des données du lot 1.

Un premier état des lieux effectué dans les publications de la Collection Bibracte a permis d’établir que le volume d’objets à traiter dans ce premier lot représente un maximum1 de 1675 individus. L’acquisition et le traitement systématique des données ont été réalisés en deux temps afin de structurer ce travail de manière logique.
Ce découpage en deux phases a été testé sur l’article de A.-S. Bride (Bride 2005), auquel on se référera comme exemple tout au long de ce billet. Cette étude portant sur le mobilier en verre des fouilles anciennes et récentes de Bibracte comprend un catalogue de 276 objets individualisés, ainsi que des listes de fragments de verre à vitre et de verre moderne. 

Phase 1 – acquisition et traitement des données

Lors de la phase 1, chaque publication contenant du mobilier archéologique est dépouillée de manière à déterminer quels sont les objets pouvant être enregistrés dans la base (fig. 1).

Fig. 1 – Schéma synthétique du déroulé de la phase 1 : construction des données (DAO E. Vigier)

En effet, tous les restes manufacturés mis au jour sur un site n’ont pas vocation à intégrer Artefacts. Il faut exclure d’une part tout ce qui n’est pas traité par la discipline et d’autre part ce qui ne répond pas aux critères de la base de données. 
Bien que les études sur l’instrumentum existent de longue date, leur essor s’est accéléré avec l’émergence de métiers spécialisés en archéologie préventive. Le champ d’étude de la discipline s’est défini plus tardivement que d’autres spécialités comme la céramologie ou la numismatique (fig. 2). Là où les numismates n’étudient “que” les monnaies et les céramologues principalement la vaisselle de stockage, de cuisine ou de service, les spécialistes des objets ne se limitent pas à un matériau mais s’intéressent à des catégories fonctionnelles, extrêmement variées, qui recouvrent tous les aspects de la culture matérielle. De ce fait, le champ d’étude de cette spécialité recoupe ceux d’autres disciplines, eux-mêmes définis selon leurs propres critères. 

Fig. 2 – Schéma synthétique de définition du champ d’étude des objets et de ses recoupements avec d’autres spécialités archéologiques (DAO E. Vigier)

Par ailleurs, les objets fragmentaires ou en cours de fabrication ne sont pris en compte dans Artefacts que s’ils sont suffisamment préservés ou avancés pour être attribués à une catégorie d’objets. En effet, selon l’échelle à laquelle on situe l’analyse, l’intérêt d’un fragment d’objet n’est pas le même pour un archéologue qui documente l’histoire d’un site ou un spécialiste des objets qui travaille sur la typo-chronologie d’une série. Des fragments trop ténus ou dont la conservation est moindre (fig. 3), comme par exemple un fragment de panse de vaisselle en verre ou un ardillon de fibule, ne livrent pas le même niveau d’informations qu’une forme archéologiquement complète restituable à partir d’un fragment, comme un bord de vase métallique ou un arc de fibule. 

Fig. 3 – Exemples d’objets fragmentaires non typologiquement identifiables (Ph. A. Giraudo, ArAr – UMR 5138 et A. Maillier, EPCC Bibracte)

Ce parti-pris repose sur le fait que la base entend être un dictionnaire de formes, utilisable comme un référentiel collaboratif et évolutif, et non comme un inventaire documentaire systématique de tous les objets et fragments sortis d’une fouille (ce que font par exemple le module OBJ de Syslat ou la base de données BdB de Bibracte). La sélection des objets typologiquement identifiables constitue ainsi un préalable à l’enregistrement des objets dans Artefacts.

Ainsi, suite au dépouillement de la publication-test d’A.-S. Bride (Bride 2005), 233 objets en verre typologiquement identifiables ont été retenus sur un total de 276 objets individualisés. Les restes manufacturés écartés sont les fragments de panse de récipients, les restes de verre fondu et les fragments de vitres modernes. Les perles, les bracelets et les fragments de vitres romains sont les catégories les plus abondantes, avec respectivement 105, 71 et 47 objets individualisés (fig. 4).

Fig. 4 – Histogramme présentant le nombre d’objets en verre retenus pour ArteBib issus du catalogue d’A.-S. Bride (Bride 2005) par catégorie.

En parallèle de ce dépouillement et de cette sélection, les catégories concernées sur Artefacts sont revues pour identifier les éventuels manques. Il s’agit alors de mettre en correspondance les travaux typologiques de différents chercheurs et de noter les équivalences. Lors de cette étape, l’identification de chaque objet est vérifiée. Si la forme existe déjà, l’objet est attribué à la fiche du type auquel il appartient. Si la forme n’est pas documentée sur Artefacts, une nouvelle fiche typologique est créée. 
Pour le traitement de l’article d’A.-S. Bride, cette opération a consisté à mettre en correspondance les différents classements des parures en verre préromaines créés par N. Venclová (1990), T.-E. Haevernick (1960) et R. Gebhard (1989). Ces auteurs se recoupent sur certaines formes (les équivalences typologiques ont été notées) mais chacun d’entre eux définit également des formes originales. Deux fiches d’orientation typologique présentant les critères de classement, les équivalences et listant les fiches typologiques Artefacts ont donc été créées pour unifier le classement des perles (PRL-3000) et des bracelets (BRC-3000). Les 43 nouvelles formes de bracelets et de perles repérées à Bibracte ont été ajoutées au référentiel par la création de fiches (fig. 5). 

Fig. 5 – Extrait des résultats obtenus dans la base Artefacts pour une recherche portant sur les types de perles appartenant au deuxième âge du Fer (recherche “PRL-3″), capture d’écran, état du 25.09.2019.

Cette mise à plat typologique s’accompagne de la saisie des informations concernant l’objet dans un fichier csv dont la structure correspond aux différents champs de la base Artefacts (fig. 6). Les informations manquantes ou à vérifier et les problèmes d’identification sont clairement stipulés dans un champ “commentaires”. 
Sont alors saisies les informations concernant la provenance de l’objet, lieu de conservation, numéro d’inventaire, dimensions, contexte de découverte et datation associée, plus, le cas échéant, une éventuelle variante typologique et ses références bibliographiques.

Fig. 6 – Capture d’écran : extrait du fichier de travail csv sur lequel les informations relatives
aux objets de Bibracte sont saisies. 

Un aspect important de cette saisie concerne le suivi de l’objet dans les différentes publications, en lui associant ses références bibliographiques précises (pagination, figure ou planche et numéro de catalogue). Les objets les plus remarquables de l’oppidum ont en effet été publiés à de multiples reprises par différents spécialistes – jusqu’à quatre fois – parfois sous des identifications différentes. Le fait de collecter les références, de recouper et de combiner les informations présentes sur les différents relevés d’un objet permet de mettre à niveau l’information.

Fig. 7 – Objet enregistré sous le numéro d’inventaire MAN.16181.1 : épieu de chasse ou ciseau à bois ?
(Dessins : a : Pernet, Poux, Teegen 2008, 105, 106, 130, fig. 2, n°22 ; b : Mölders 2010, 111, 126, Abb. 57, n°68)

L’exemple d’un objet conservé au MAN (inv. MAN.16181.1) illustre assez bien ce type de situation (fig. 7). Cet objet en fer est doté d’une partie active allongée de section quadrangulaire et pourvu d’un emmanchement à douille. En 2008, il est interprété comme un possible épieu lors d’une première publication dans un article traitant des militaria et des marqueurs secondaires retrouvés sur l’oppidum2. Lors d’une seconde publication en 2010, il est interprété comme un ciseau à bois dans une monographie portant sur les outils en fer de Bibracte3. La combinaison des différentes vues et sections de l’objet permettent de comprendre que celui-ci présente un tranchant transversal et non une pointe à son extrémité distale, ce qui plaide en faveur de cette dernière interprétation. Ici, bien qu’une interprétation soit privilégiée et que l’objet ne soit enregistré qu’une seule fois dans la base, les deux références bibliographiques sont associées à l’objet pour assurer le suivi de sa “vie scientifique”. 

Malgré la nette volonté d’homogénéisation présente dans les publications de la Collection Bibracte, le besoin de normaliser les données relatives aux objets est très vite apparu. Bien que les numéros d’inventaire et le poids des objets soient presque toujours indiqués, les dimensions ne sont pas systématiquement fournies. Les rubriques des catalogues ne sont pas les mêmes d’une étude à l’autre, ni la précision des descriptions, lorsqu’elles sont présentes. La documentation graphique n’est pas systématique, certains objets sont seulement cités ou décrits. Il s’agit donc de relever les éventuelles lacunes et d’y remédier autant que faire se peut par un retour aux objets. 
Cette hétérogénéité découle de plusieurs facteurs : le nombre et la succession des équipes, l’évolution des méthodes d’études, les progrès de la discipline dans l’identification de certains types … Cela résulte également de la coexistence de deux démarches distinctes : la publication du catalogue du matériel d’une fouille ne réunit pas nécessairement les mêmes données descriptives qu’un article de synthèse thématique portant sur une catégorie de mobilier. Les spécialistes adaptent en effet leurs normes descriptives aux questionnements inhérents à leur recherche4

Fig. 8 – Exemple de vue normalisée :
inv. B997.9.4125.15 : Bracelet à décor de filet ondulé jaune opaque rapporté à chaud sur verre pourpre, proche de la série Geb. 38 et du groupe Haev. 3b : BRC-3565 (DAO : A. Giraudo, réalisé à partir des clichés n° 94906, 94907 : A. Maillier, EPCC Bibracte)



Lorsque tous les objets d’une publication ont fait l’objet d’une saisie dans le fichier csv, les vues et les sections disponibles sont assemblées de manière à créer des illustrations dont les vues et le nom sont normalisés (inventaire_code Artefacts). La production de ces données graphiques est également suivie par le biais d’un fichier csv, ce qui permet par exemple de préciser si l’objet nécessite des prises de vue complémentaires pour être correctement illustré. Dans le cas de la publication d’A.-S. Bride sur le verre préromain, 203 vues normalisées avec sections ont été créées à partir des 452 clichés détourés utilisés dans la publication (fig. 8). 

Phase 2 – consolidation et validation des données

La phase 2 consiste ensuite à résoudre les différents problèmes relevés pour pouvoir compléter le fichier csv, mais également terminer les illustrations avant de leur ajouter des métadonnées (fig. 9). Le retour aux objets s’avère alors nécessaire pour confirmer ou revoir l’identification et compléter la couverture photographique et les éventuelles lacunes en vue d’une exploitation ultérieure des données (prise de mesures, dessin des sections…). Les fichiers pdf des différentes publications sont commentés (numéro d’inventaire, identification Artefacts, pagination) pour permettre aux équipes de Bibracte de repérer les objets traités par ArteBib.

Fig. 9 – Schéma synthétique du déroulé de la phase 2 :
consolidation et validation des données (DAO E. Vigier)

A l’heure actuelle, pour ce premier lot qui concernait les objets publiés dans les volumes de la Collection Bibracte, 26 publications ont été dépouillées, 1087 objets traités ; 375 restes manufacturés ont été écartés. Les objets intégrés concernent 371 fiches typologiques, dont 133 créées dans le cadre d’ArteBib. 
La construction du thesaurus Artefacts, préalable à l’ajout des métadonnées sur les illustrations normées, est en cours. L’outil d’import des données dans la base n’a pas encore été produit et mis en œuvre, mais sa conceptualisation a été formalisée en accord avec les informaticiens du laboratoire ArAr – UMR 5138, Louis Eyango et Bertrand David. Ces étapes précèdent le dépôt de ces éléments sur les serveurs Huma-Num et la rétro-documentation des bases des différents partenaires. 

Le prochain billet de cette série traitera spécifiquement de la production de la documentation graphique de la collection du Musée Rolin d’Autun et de l’intérêt documentaire du mobilier issu des fouilles anciennes. 

 

Bibliographie :

Bride 2005 : A.-S. Bride, Le mobilier en verre des fouilles anciennes et récentes de Bibracte. In : J.-P. Guillaumet, M. Szabó (dir.), Etudes sur Bibracte 1 (Bibracte, 10), Glux-en-Glenne 2005, 81-161.

Gebhard 1989 : R. Gebhard, Der Glasschmuck aus dem Oppidum von Manching (Die Ausgrabungen in Manching, 11), Stuttgart 1989.

Haevernick 1960 : T.-E. Haevernick, Die Glasarmringe und Ringperlen der Mittel- und Spätlatènezeit auf dem europäischen Festland, Bonn 1960.

Mölders 2010 : D. Mölders, Die eisernen Werkzeuge aus Bibracte. Ein Beitrag zur Erforschung des keltischen Handwerks nach den Arbeiten von Jacques-Gabriel Bulliot und Joseph Déchelette. [L’outillage en fer de Bibracte. Une contribution à l’étude de l’artisanat celtique d’après les travaux de Jacques-Gabriel Bulliot et Joseph Déchelette]. (Bibracte, 18), Glux-en-Glenne, 2010.

Pernet, Poux, Teegen 2008 : L. Pernet, M. Poux, W.-R Teegen, Militaria gaulois et romains sur l’oppidum de Bibracte, Mont Beuvray (Nièvre). In : M. Poux (dir.), Sur les traces de César. Actes de la table-ronde du 17 octobre 2002 (Glux-en-Glenne) (Bibracte, 14), Glux-en-Glenne 2008, 103-139.

Venclová 1990 : N. Venclová, Prehistoric Glass in Bohemia, Praha 1990. 

 

 


Citer ce billet : Elise Vigier, Alyssa Giraudo, "ArteBib #2 – Construction d’une collection de référence." Le Fil d'ArAr, 14/10/2019, https://lefildarar.hypotheses.org/1158.

  1. Ce nombre est surévalué du fait de la publication à plusieurs reprises des mêmes objets et d’une nécessaire sélection des objets à enregistrer dans Artefacts, voir infra. []
  2. Pernet, Poux, Teegen 2008, 105, 106, 130, fig. 2, n°22 []
  3. Mölders 2010, 111, 126, Abb. 57, n°68 []
  4. Un spécialiste de la parure s’attachera par exemple à documenter le diamètre interne et la section des joncs des anneaux pour identifier les bagues, tandis qu’un spécialiste des miroirs ne pourra attribuer un type et une variante et in fine, une datation typologique, que s’il dispose d’un diamètre restitué et d’une section pour connaître le profil. Les critères déterminant le type ou l’attribution chronologique d’une forme varient d’une catégorie à l’autre. Partant de ce constat et du fait que les objets archéologiques recouvrent tous les domaines de l’activité humaine, il est difficile pour la personne chargée de cataloguer l’ensemble des objets d’une fouille de connaître toutes les normes descriptives, de prises de mesure et de représentation. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.