Lampes antiques à Malibu

Lucie Motta





Compte-rendu de J. Bussière, B. Lindros Wohl, Ancient Lamps in the J. Paul Getty Museum, Malibu 2017.



Dans la continuité de sa politique de publication de ses collections (dont la glyptique en 1992, les ambres antiques en 2012, les mosaïques romaines  en 2016, et les terres-cuites de Grande-Grèce en 2016), le Jean-Paul Getty Museum de Los Angeles publie en 2017 ses lampes antiques, publication électronique avec un très modeste tirage papier. Avec ce catalogue, Jean Bussière (UPR 217 et UMR140-390), en collaboration avec Birgitta Lindros Whol (Université de Californie, Northridge), offre alors sa dernière contribution, posthume, au monde scientifique et plus spécifiquement lychnologique.

Les quelques 624 lampes entières et, chose tout à fait notable pour un catalogue de musée, les 34 fragments ici publiés proviennent en grande partie de la collection privée de l’archéologue allemand Hans-Klaus Schüller achetée par le musée en 1983 (557 ex.), mais également d’achats réalisés en 1973 et 2003 et de dons essentiellement effectués en 1976 et en 1996. Un index des différents donneurs et vendeurs est d’ailleurs présent en fin d’ouvrage (pp.478). Chaque entrée du catalogue y est alors répertoriée permettant de retrouver les précédents propriétaires du matériel pour qui s’intéresse à la question.

Majoritairement constituée d’exemplaires en terre cuite (637 ex.), la collection présente également quelques individus métalliques (21 ex.), les quatre lampes en verre originellement ainsi identifiées ayant été déclassée après l’examen minutieux des deux spécialistes en charge de l’étude (p.1). Couvrant quasiment un millénaire d’histoire lychnologique, les lampes antiques du Jean Paul Getty Museum concernent essentiellement des productions d’Asie Mineure et de Tunisie, ainsi que, dans une moindre mesure, d’Égypte, de Grèce et d’Italie. Certaines lampes pourraient également provenir d’Allemagne. Néanmoins, malgré le travail minutieux de Jean Bussière et de Birgitta Lindros Whol qui ont couplé les données d’archives aux caractéristiques techniques, iconographiques et épigraphiques, il n’a que peu été possible d’affiner la provenance des objets mentionnée dans chaque fiche. Les auteurs donnent également en fin d’ouvrage (p. 478-479), la liste des provenances des lampes de la collection Schüller telles qu’indiquées dans le catalogue originel, permettant ainsi une confrontation entre les deux estimations quand celle-ci a fait l’objet d’une modification.

Dans la lignée des grands catalogues de lampes à huile en contexte muséal, Ancient lamps in the J. Paul Getty Museum s’articule en sections basées sur des critères techniques, chronologiques et géographiques. Ainsi les lampes en terre cuite (p.8-448 ) précèdent les lampes métalliques (p. 449-467) ; les lampes tournées/modelées (p.8-9) précèdent les lampes tournées (p. 10-27) puis moulées (pp.27-466), à l’exception de quatre exemplaires tournées (cat. 52, 506, 507 et 611) et les lampes phénico-puniques (p.8-9) précèdent les lampes grecques et hellénistiques (p. 10-56) puis romaines (pp.57-329), africaines (p. 330-367) et orientales (p. 368-410) avant faire place aux lampes plus particulières comme les lampes polylicnes (p. 411-417) ou à suspension (p. 418-419), les lustres (p. 421-423), les fragments (p.424-428), les lampes plastiques (pp.429-446) et les lanternes (p.447-448). Les lampes métalliques sont pour leur part organisées en fonction du métal employé, du plus précieux au plus commun, soit les lampes en or (p.454), en argent (p.455), en bronze (p. 546-465) et en fer (p. 467). Enfin, quelques index suivent : les décors (p. 468-471), les marques et signatures (p. 472-477), les donneurs et vendeurs déjà mentionnés, les lieux (p. 480-481), une table de correspondance entre les numéros d’inventaire et de catalogue (p. 482-492) et une bibliographie finale (p. 494-512) s’échelonnant entre 1702 et 2017.

Bien qu’il s’agisse d’une collection hétéroclite dont les objets sont privés de contexte archéologique et dont les provenances sont incertaines, voire particulièrement larges, l’apport à la recherche lychnologique est, à n’en pas douter, important. D’une part, par la seule publication de ce matériel jusque-là inédit. Ensuite, grâce à la richesse typologique, iconographique et épigraphique du matériel car si les principaux types sont très bien représentés, 56 des quelque 126 entrées typologiques ne présentent qu’une mise en série approximative avec les types attestés dans la littérature lychnologique et 24 autres d’entre elles sont sans confrontation, ce qui permet assurément une base comparative pour les exemplaires mis en évidence archéologiquement. Les parallèles, quand existants, sont abondamment mentionnés et s’attardent aussi bien sur la forme que le décor et les marques permettant ainsi une mise en série avec le matériel déjà publié et faisant référence.

Les fiches du catalogue sont toutes réalisées selon le même modèle et s’accompagnent immédiatement d’une photographie couleur de la face supérieure de la lampe (sauf dans le cas des exemplaires 146bis, 586 et 615 dont les images sont manquantes dans la version papier, mais présentes dans la version numérique, consultable et téléchargeable) ce qui évite au lecteur les fastidieuses manipulations entre une partie purement textuelle et une autre purement illustrative. Les marques et signatures sont pour leur part reproduites par un dessin et, si l’on peut saluer la qualité des photographies couleurs, on ne manquera pas de noter que quelques dessins de profils longitudinaux et transversaux auraient été appréciés, notamment dans le cas des types les moins connus dont la silhouette n’est alors perceptible que par une description, certes précise. De même les photographies groupées des fragments (cat. 577 à 580) qui sont reproduites à la même dimension que les photographies de lampes entières ne permettent pas une appréhension suffisamment précise de chacun des fragments, ce qui est quelque peu dommageable bien que le fort zoom possible sur la version numérique vienne atténuer ce propos. Les fiches typologiques sont pour leur part bien détaillées et malgré quelques éléments répétitifs tels que le numéro d’inventaire que l’on retrouve dans un index final et la mention du type alors que les lampes sont ainsi classées par une entrée titrée, elles présentent les éléments les plus pertinents à l’utilisation du corpus à des fins scientifiques. Le décor n’est pas reproduit par un dessin comme c’est souvent le cas dans les études lychnologiques, les auteurs arguant – à juste titre – de la qualité des photos afin d’éviter une documentation redondante. À ce stade nous pouvons remarquer le décalage de traitement entre les décors et celui des marques et signatures. Une méthodologie commune aurait sans doute été préférable avec une reproduction photographique de ces derniers qui aurait, en outre, permis de les situer sur les fonds.

Enfin dernier point, non négligeable, les quelques paragraphes méthodologiques présents dans l’introduction du volume sont des plus appréciables puisqu’ils permettent aussi bien de saisir la démarche scientifique des deux chercheurs que de savoir les conditions d’études, essentielles à toutes démarches comparatives.

Au final, cet ouvrage s’établit comme une référence lychnologique essentielle à défaut d’incontournable. Sa facilité d’usage dans la recherche précise d’éléments, la qualité de ses illustrations et surtout le caractère exceptionnel de la collection pallient effectivement aux quelques points critiquables développés. Rappelons ici la très belle initiative de la mise en ligne de la publication de cette collection, qui permettra aux chercheurs et aux étudiants d’avoir accès à ce matériel loin des bibliothèques.

 

 

[Cite]



Citer ce billet
Lucie Motta (2019, 9 septembre). Lampes antiques à Malibu. Le Fil d'ArAr. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qswz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.