L’occupation du territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes durant l’Antiquité tardive

Séminaire 2018 du groupe “Antiquité tardive” d’ArAr
Organisé par Céline Brun (CNRS), Anne Flammin (CNRS), Franck Gabayet (Inrap) et Magalie Guérit (Inrap)

 

Le groupe pluridisciplinaire et transversal aux quatre équipes thématiques d’ArAr sur l’Antiquité tardive a été créé en 2018 par C. Brun, A. Flammin , F. Gabayet , M. Guérit. Il a pour objectif, dans un premier temps, de présenter un état des lieux des connaissances sur cette période en Auvergne-Rhône-Alpes et d’échanger autour de l’actualité, tant en milieu urbain que rural, en contexte domestique ou funéraire et sur plusieurs thématiques. Il s’agit d’un thème transversal qui doit permettre de réunir les membres du laboratoire travaillant aussi bien sur l’Antiquité que sur le Moyen Age, archéologues généralistes ou bien spécialistes.

La session inaugurale du 23 novembre 2018 a porté sur l’occupation du territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes durant l’Antiquité tardive, choix motivé par la volonté du groupe d’établir un premier contact le plus large possible entre les chercheurs et d’ouvrir les perspectives.

Le prochain séminaire, qui se tiendra le 15 novembre 2019, sera consacré aux espaces funéraires en Auvergne-Rhône-Alpes durant l’Antiquité Tardive.

 

Résumés des communications

Les témoins matériels de la présence des Burgondes dans l’Ain : un réexamen critique des données archéologiques
Jean-Pierre Legendre (Conservateur Général du Patrimoine, SRA Auvergne-Rhône-Alpes)
Fibule de type Gross-Umstadt provenant d’Izenave (d’après Histoire de l’Ain en archéo, musée de Brou, 1998)

De nombreux chercheurs ont tenté de mettre en évidence sur le territoire de l’ancien royaume burgonde des indices matériels de la présence de ce peuple. On retrouverait ainsi un certain nombre d’exemples de ces marqueurs « burgondes » dans l’actuel département de l’Ain : toponymes avec terminaisons en -eins, -ens ou –ans, qui seraient les vestiges du suffixe patronymique germanique –ing ; nécropoles présentant des cas de crânes déformés intentionnellement (Briord, Jujurieux) ; parures féminines d’origine « orientale », notamment des fibules de type Gross-Umstadt (Izenave) ou Niederflorstadt (Saint-Martin-du-Fresne) ; inscriptions funéraires avec noms germaniques (Briord, Saint-Maurice-de-Rémens). L’examen de l’ensemble de ces données amène toutefois à relativiser leur importance. En ce qui concerne les toponymes, Edouard Philippon et Albert Dauzat signalaient déjà au début du XXe siècle que les terminaisons en -eins, -ens ou –ans peuvent provenir de suffixes d’origine latine (-inco, -anus, -anica). La pratique de la déformation artificielle du crâne, quant à elle, est trop variable dans l’espace et dans le temps pour être attribuée à une ethnie précise ; elle n’est peut-être même pas intentionnelle. C’est ainsi que, dans la France du XIXe siècle, des cas sont attestés notamment en Normandie et dans la région de Toulouse. Souvent désignés sous le terme de « déformation Toulousaine », ils résultent tout simplement du fait d’emmailloter la tête des bébés à l’aide d’un bandeau trop serré. Les parures d’origine « orientale » appellent la même réserve, car ces objets peuvent avoir été transmis par commerce, comme le supposait déjà R. Hachmann en 1970. Rien n’indique donc que leurs propriétaires soient d’origine germanique, d’autant plus qu’on s’accorde à penser que le processus d’acculturation a joué dans les deux sens et que, particulièrement au niveau des élites, les Romains se sont sans doute autant barbarisés que les Germains se sont romanisés. Parmi les auteurs ayant recherché les traces du peuplement burgonde, certains sont plus prudents que d’autres. A la suite de P. Périn et M. Kazanski, force est de constater que le royaume burgonde, s’il est bien documenté par les sources écrites, est « sans correspondance archéologique manifeste ».

La ville de Lyon dans l’Antiquité tardive
Julian Castelbou (Laboratoire ArAr, chercheur associé)
Lyon dans l’Antiquité tardive (Fond SAVL et traitement J. Castelbou)

Il est entendu que dès la fin du IIIe siècle de notre ère, le fait le plus marquant, et qui est le mieux identifié, est un repli de la cité de Lugdunum. Ce phénomène intervient à plusieurs degrés d’importance qui sont intimement liés. Il y a tout d’abord la perte du statut de Capitale des Gaules qui entraine des conséquences sur la vie sociale. Le transfert de presque toutes les institutions politiques vers la nouvelle capitale (Trèves) engendre un second phénomène, un recul géographique. La ville ne va pas s’étendre au-delà des limites qu’elle avait atteintes pendant le Haut-Empire, si bien qu’un repli historique va suivre : Lugdunum ne va plus participer à aucun fait important de l’Empire romain.

Le début de l’histoire de Lyon durant l’Antiquité tardive est marqué par une forte rupture avec les valeurs qu’elle connaissait jusqu’alors. Avec la nouvelle communauté chrétienne, elle va prendre le chemin d’un nouvel essor. La persécution des chrétiens ne prit fin qu’au début du IVe s. apr. J.-C. avec la reconnaissance de la religion chrétienne par le pouvoir impérial qui va inculquer de nouvelles valeurs et déplacer les centres d’intérêts vers le christianisme. A Lyon ces modifications avaient déjà été initiées. Le repli de la cité s’est vite marqué par un besoin primordial : rompre avec le passé et peupler un nouvel espace.

La population occupe les bords de la Saône, au contact des édifices de culte. D’abord le groupe épiscopal en rive droite, puis Saint-Nizier en rive gauche à l’extrême fin du haut Moyen Age. Les nécropoles ont été placées à l’extérieur de la ville en particulier sur les hauts de Saint-Just à proximité des mausolées des martyrs chrétiens. Plusieurs établissements commerciaux sont de nouveau installés sur le bord du cours d’eau afin de profiter du trafic fluvial. De rares structures sont encore occupées sur la presqu’île et dans le quartier de Vaise, mais pour ce dernier la concentration majeure de vestiges concerne des sépultures, même si quelques établissements sont encore présents à l’Antiquité tardive dans les secteurs de l’ancienne cité. Il faut voir dès le haut Moyen Age, un paysage qui tend très certainement vers une campagne (présence de fermes, qui avaient du bétail sur leur propriété et possédaient leur propre nécropole familiale).

L’évolution de Lyon dès l’Antiquité tardive amorce une phase de renouveau urbanistique grâce aux programmes de constructions commandités par les évêques.. Entre l’Antiquité et le Moyen Age, la ville de Lyon a su conserver un dynamisme important, l’urbanisme a évolué malgré le repli de la population qui s’est alors centrée autour des pôles religieux de la cité.

Dynamiques socio-culturelles et économiques durant l’Antiquité tardive : les mobiliers comme clef de lecture 
Amaury Gilles (UMR 5140, Laboratoire ArAr, chercheur associé)

 

Cycle de vie des productions manufacturées et non-manufacturées : Production, commercialisation, utilisations, rejet, récupération (DAO : A. Gilles).

Cette communication propose de présenter le cadre de recherche d’un Projet Collectif de Recherche dédié à l’étude des artéfacts et écofacts de l’Antiquité tardive en Rhône-Alpes. Elle constitue en quelque sorte un plaidoyer pour l’étude de la culture matérielle.

Les recherches historiques menées, notamment durant le XXe s., ont contribué à critiquer la lecture catastrophiste des derniers siècles de l’Empire romain véhiculée par les Modernes, en particulier E. Gibbon. Les recherches archéologiques se sont concentrées sur les systèmes agraires, le peuplement des campagnes, la christianisation et les enceintes urbaines. Néanmoins, de nombreuses questions restent encore en suspens pour pouvoir expliquer l’effacement, à des rythmes et des intensités variés, des « signes de la romanité » apparus avec l’instauration du système impérial et la municipalisation, pour reprendre la description donnée par P. Van Ossel. Les recherches archéologiques récentes ont ainsi privilégié une lecture paléoenvironnementale et surtout architecturale à travers les modifications des formes de l’habitat.

L’étude des artéfacts et des écofacts offre pourtant d’intéressantes perspectives de recherches pour explorer ces problématiques aussi bien pour disposer d’indicateurs économiques (volumes échangés, masse de métal consommée, part du recyclage, développement des réseaux commerciaux) que d’indices sur les habitudes socio-culturelles des occupants de ces sites. Les mobiliers archéologiques représentent un outil précieux pour la compréhension des mutations économiques et culturelles de cette époque dès lors que l’on s’interroge sur leurs modes de production, leurs diffusions et leurs utilisations pratique ou symbolique.

L’évolution drastique des objets de la vie quotidienne à partir de la seconde moitié du IIIe s. interpelle très régulièrement l’archéologue. On peut d’ailleurs se demander si ce mobilier (ameublement, objets ludiques ou liés aux soins du corps), qui s’est multiplié et diversifié au début de l’Empire et qui est associé dans bien des cas à la vie urbaine, peut servir de critère de hiérarchisation de l’habitat. On rappellera que l’évolution architecturale de l’habitat, avec la disparition progressive des villas ou la réoccupation des monuments publics, a été un argument pour soutenir l’existence d’un vaste mouvement de paupérisation, auquel P. Van Ossel oppose l’évolution des modes de représentation. La question du « niveau de vie » est donc un sujet central.

 

Trame urbaine en Rhône-Alpes et au sud de la Bourgogne du IVe au VIIe siècle
Jean-François Reynaud (Laboratoire ArAr, chercheur associé)


La trame urbaine est un héritage de l’Antiquité avec quelques modifications pour des raisons économiques, militaires, politiques. La ville s’est réduite, le personnage le plus important est l’évêque, installé dans les cités ou dans des agglomérations secondaires promues au rang de cités, les églises ont remplacé les temples (églises et baptistère du groupe épiscopal et basiliques funéraires), les tours de l’enceinte et bientôt les clochers dominent la ville, le paysage est déjà celui de la ville médiévale.
Il faut poser la question des causes de la crise de la deuxième moitié du IIIe siècle, en particulier la peste (K. Harper 2019), élaborer des monographies (en cours à Vienne), des thématiques nouvelles (voir RAE 2012) : par exemple sur la topographie : contraintes et avantages d’un site, sur la transition Antiquité-Antiquité tardive, sur les enceintes réduites, sur l’habitat extra-muros et intra-muros, sur les matériaux (possibles constructions en pisé), la voirie, les ponts, le commerce et l’artisanat, sur le nombre des habitants (surface urbaine et nombre d’habitants à l’hectare) et constituer des groupes de travail.

 

La nécropole de l’Antiquité tardive de Maison Blanche à Pardines (Puy-de-Dôme), apport des sondages récents
Sandra Chabert (Laboratoire ArAr, chercheur associé), Agathe Chen (Hadès), avec la collaboration de Julie Debard (Université de Genève, Laboratoire d’archéologie préhistorique et anthropologie)
Sépulture en bâtière (cliché S. Chabert, 2018)

La nécropole de Maison Blanche à Pardines (Puy-de-Dôme) a été découverte en 1928. Fouillée à l’époque durant sept années consécutives, elle a livré plus de 220 tombes et 300 objets. L’étude récente de ce mobilier croisée aux données contenues dans les carnets de fouille a permis de restituer près de la moitié des dépôts funéraires, présents dans près de la moitié des sépultures explorées. Cette étude a été prolongée par une campagne de prospections géophysiques en 2015, afin de repérer d’éventuelles sépultures encore en place, puis par deux semaines de sondages exploratoires en 2018. Ces sondages ont permis de confirmer la préservation de squelettes et de circonscrire l’emprise de la nécropole. La fiabilité d’un certain nombre d’informations relevés lors des fouilles anciennes a également pu être constatée.

Vingt-et-une inhumations ont été mises au jour en 2018, en majorité orientées nord-ouest/sud-est. Sept d’entre elles ont été fouillées. Elles montrent la présence de coffrage en bois et d’aménagements du pourtour et de l’intérieur des fosses à l’aide de galets issus du substrat. Une sépulture se distingue par sa construction au moyen de grandes dalles carrées en terre cuite placées en bâtière. Ce type d’architecture funéraire est assez rarement observé dans la moitié sud de la Gaule, les tegulae étant préférentiellement employées. Les autres sépultures contenaient de la vaisselle en céramique et en verre du IVe s., de la parure en verre et en bronze du Ve s. (boucles d’oreille ?), des clous de chaussure.

Les individus étaient enterrés allongés sur le dos, les bras présentant une flexion asymétrique, les mains placées sur l’abdomen ou au niveau du thorax. Quatre sujets adultes ont été identifiés, dont un de sexe masculin, et un autre dont l’âge est compris entre 15 et 19 ans. La présence de sujets immatures est également attestée par les squelettes découverts lors des fouilles anciennes.

La datation du mobilier recueilli en 2018 et les résultats des analyses par le radiocarbone indiquent la présence de tombes au IVe s., puis entre le deuxième quart du Ve s. et la première moitié du VIe s.

Les observations qui ont pu être faites lors de cette première campagne de sondages sont très encourageantes pour la compréhension de l’organisation de la nécropole, de l’architecture des tombes et des modes d’inhumation. La poursuite de l’exploration de ce site permettrait l’acquisition d’un corpus suffisamment conséquent pour répondre aux questions laissées en suspens par la documentation ancienne. Ces données restent en grande partie inédites pour la région et font de Maison Blanche un site de référence pour la période de la fin de l’Antiquité.

Du neuf dans du vieux : la reprise de l’étude du mobilier céramique tardo-antique du Parc Saint-Georges (Lyon)
Tony Silvino (Eveha, Laboratoire ArAr, chercheur associé), Céline Brun (Laboratoire ArAr, CNRS), avec la collaboration de Marjorie Riou (Eveha, doctorante au Laboratoire ArAr)

Le site du Parc Saint-Georges, localisé en rive droite de la Sâone, dans le quartier historique de Lyon, a permis de connaître un pan de l’histoire de ce quartier depuis la fin de l’âge du Fer jusqu’à la période Contemporaine. Pour l’Antiquité, les berges de la rivière ont livré d’importants ensembles de mobiliers dont de la céramique. Une partie des lots mis au jour a fait l’objet d’une étude et pour certains d’une publication. C’est le cas des ensembles tardo-antiques dont l’analyse a permis de connaître l’évolution du faciès céramique de ce secteur de la ville depuis le début du IIIe s. jusqu’à la fin du siècle suivant. Quant aux lots non inventoriés, ils ont été repris très récemment permettant de compléter la documentation sur l’approvisionnement en céramiques de Lyon durant l’Antiquité tardive. Les céramiques étudiées concernent ainsi le mobilier issu des niveaux sédimentaires des berges de la Sâone, datées de la fin du IIIe s. ou du début du IVe s. Au total, l’ensemble regroupe 5829 tessons pour 551 vases comptabilisés, ce qui fait un lot aux données quantitatives relativement riches. S’il faut noter la présence d’un contingent d’éléments résiduels, le lot reste assez homogène avec un taux de fragmentation relativement limité. Toutes les catégories de production sont représentées avec un quart des effectifs qui se rapporte aux céramiques fines. Les sigillées claires B, originaires de la moyenne vallée du Rhône, se taillent la part du lion avec la présence de formes classiques (coupes, assiettes, pots, etc). On note également l’existence de formes plus diversifiées (coupes, assiettes et gobelets). A l’aulne de ces productions, il faut mentionner la présence timide de certaines vaisselles comme les vases métallescents du centre de la Gaule ainsi qu’une petite variété de production de  sigillées africaines (A, C et même peut-être D). Ces dernières témoignent de leur présence discrète mais régulière tout au long de l’Antiquité sur le territoire de la ville. Les céramiques communes concernent plus de la moitié de la collection avec une nette domination des productions à pâte rouge non calcaire. Si une partie provient très probablement de la moyenne vallée du Rhône, les produits du Val de Sâone sont mieux représentés. Les productions à pâte grise sont également présentes mais en position secondaire. De manière générale, les principales formes sont attestées : plats, marmites, jattes, pots, bouilloires et mortiers. Quant aux céramiques à pâte calcaire, si les mortiers tendent à disparaître au profit des pâtes non calcaire, les cruches et amphorettes sont bien placées. Il convient de noter un indice de fréquence relativement important des importations nord-africaines avec les formes classiques des productions de culinaire A, B et C. Le mobilier amphorique est assez bien représenté avec un cortège originaire de la plupart des provinces productrices d’amphores. Toutefois, les produits de la Gaule du Sud sont majoritaires avec notamment le sempiternel conteneur vinaire Gauloise 4. La Bétique exporte toujours autant d’amphores à huile Dressel 20 et de conteneurs à saumures de type Almagro 50 ou Puerto Real 2. Le vin est exporté à l’intérieur de conteneurs de l’est de la province de type Matagallares I. La part des amphores africaines n’est pas négligeable avec des éléments originaires de Byzacène, d’Afrique proconsulaire, voire de Tripolitaine. Les produits transportés sont variés : vin, saumures et huile d’olive. Si les conteneurs italiques avaient un taux de fréquence relativement faible au cours du Haut-Empire, ils reviennent avec force et vigueur. Il s’agit pour la plupart d’amphores vinaires à fond plat originaires de Sicile (Agora M254). Pour finir, les importations orientales existent toujours notamment au travers des amphores à vin issues de l’île de Rhodes. En définitive, cette reprise du mobilier du Parc Saint-Georges complète les données sur le faciès céramique « constantinien » de Lyon même si des lacunes existent notamment en ce qui concerne l’origine de certaines céramiques fines et communes. Ce mobilier confirme la présence d’un quartier fluvial actif mêlant habitats, commerces et artisanats.

Fabrication et diffusion des sarcophages en trachyte de la chaîne des Puys (Massif central, France) au premier Moyen Âge (Ve siècle – IXe siècle)
Guillaume Martin (INRAP, Laboratoire ArAr, chercheur associé)
Carrières mérovingiennes de sarcophages dans la Chaîne du Puy

Depuis 2015, une équipe pluridisciplinaire[1] associant archéologues, géologues, spéléologues, tailleur de pierre, travaille, dans le cadre d’un projet collectif de recherche[2], autour d’un objet commun : l’étude de l’utilisation du trachyte. Il s’agit d’une roche volcanique de faible densité, dont l’exploitation amorcée durant l’Antiquité pour des blocs de construction se poursuit sous différentes formes jusqu’à l’Époque moderne. Notre équipe a axé ses recherches sur la fabrication et la diffusion des sarcophages durant le premier Moyen Âge à travers l’étude archéologique de plusieurs carrières. À partir d’une date qui reste à préciser mais que l’on situe à la fin du IVe siècle ou au début du Ve siècle, cette pierre est utilisée pour la production de sarcophages et l’on assiste à l’ouverture de nouvelles carrières. Les sarcophages, d’abord rectangulaires, puis trapézoïdaux, vont alors se retrouver dans la plupart des nécropoles fouillées de la région. À partir d’échantillons prélevés sur les cuves et les couvercles des sarcophages recensés il a été possible de remonter jusqu’à la carrière d’origine, et dès lors de proposer une carte de circulation de ces sarcophages. Ainsi, lors de l’étude archéologique des carrières, des cavités de tailles variées laissent apparaître sur leurs parois les négatifs d’une extraction presque exclusive. Il s’agit d’arrachements caractérisant une production de sarcophage quasi standardisée. Les campagnes de fouilles ont mis au jour des fronts de taille, ensevelis sous les remblais issus de l’extraction, laissant apparaître de nombreuses traces d’outils caractéristiques qui permettent de reconstituer une partie de la chaîne opératoire. Dans une carrière du volcan Sarcouy (au toponyme évocateur), un sarcophage en cours d’extraction, dans un état de conservation exceptionnel, a également été dégagé apportant des informations sur le travail du carrier mais aussi sur la période d’abandon et de stabilisation des cavités. La présence de fragments de couvercle dans ces déblais indique que ces derniers étaient fabriqués en même temps que les cuves. Au Clierzou, c’est le fond d’une cuve que nous avons mis au jour indiquant que, malgré le relief que l’on sait conséquent, des modules aboutis sortaient directement des cavités. Sur l’ensemble des carrières, les sondages laissent apparaître des modes opératoires variables techniquement, parfois hésitants sinon malhabiles, notamment dans le rapport au matériau, suggérant une activité saisonnière qui ne serait pas uniquement le fait de professionnels. L’extraction est donc très inégale, elle semble s’être étalée sur plusieurs siècles sous la forme de petits ateliers ou « concessions » venus se greffer les uns sur les autres, sans doute en fonction des commandes. Par ailleurs, les parois des carrières ont pu être le support d’expressions artistiques ou cultuelles comme en  témoignent une énigmatique sculpture à motif féminin qui rappelle les canons antiques ou plusieurs graffitis probablement contemporains de l’extraction. De plus, les découvertes ont permis de jeter les bases d’une quantification du nombre de sarcophages produit dans une cavité et d’établir un ratio du volume de roche extrait pour sortir un bloc brut. Les premières estimations font état de plusieurs milliers, voire dizaines de milliers de sarcophages produits pendant toute la période mérovingienne. Les études montrent une carte de diffusion dans les nécropoles jusqu’à plus de 100 kilomètres des lieux d’extraction grâce à la pérennité du réseau viaire antique. Devant l’ampleur du phénomène extractif, on ne peut que s’interroger sur les implications historiques et la dimension sociale d’une telle économie. Nos études sont balbutiantes mais elles permettent de saisir les bases d’une production organisée, économiquement importante, qui sous-entend un véritable fait social concernant un nombre conséquent d’acteurs.

[1] Pierre BOIVIN (Université Clermont Auvergne, Laboratoire Magmas et Volcans – UMR 6524), Bertrand DOUSTEYSSIER (Université Clermont Auvergne, Maison des Sciences de l’Homme), Didier MIALLIER (Université Clermont Auvergne, Laboratoire de Physique de Clermont – UMR 6533), Laurent ARBARET (Université d’Orléans, Institut des Sciences de la Terre d’Orléans – UMR 7327)

[2] PCR : Le trachyte en Auvergne. Exploitation, utilisation et diffusion de l’Antiquité à nos jours

 

 

Citer ce billet : Anne Flammin, "L’occupation du territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes durant l’Antiquité tardive." Le Fil d'ArAr, 20/09/2019, https://lefildarar.hypotheses.org/1034.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.